Dom Juan de Molière

Publié le par kalistina

dom juan

"L'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus" : voilà comment Dom Juan se justifie auprès de son valet Sganarelle, scandalisé de voir son maître tromper tout le monde autour de lui, des femmes les plus naïves qu'il séduit sans vergogne aux hommes les plus nobles qu'il mène par le bout du nez sans se démonter. De fait, Dom Juan n'a qu'une ambition : jouir de tous les plaisirs, sans jamais céder aux sirènes de la morale. Il lui faut toutes les voluptés et il les obtient facilement en manipulant ses victimes avec des mots trompeurs. Seule la mort pourrait l'arrêter : n'est-ce pas elle justement qui vient le chercher, lorsque la statue du commandeur s'anime sous ses yeux ?

 

Je vais avoir bien du mal à parler de cette pièce... Il est entendu que c'est un chef d'oeuvre, qui met en scène un esprit libre, en avance sur son temps, impertinent, vivant comme il l'entend...

Toutefois, je n'arrive pas à savourer ce texte. Dom Juan a une verve admirable, mais le personnage en lui-même est excécrable ; non pas à cause de son libertinage, mais de son égoïsme. Ce que ressentent les autres ne lui importe absolument pas, il fait souffrir quantité de personnes en le sachant mais sans s'en soucier le moins de monde. Il ne supporte d'ailleurs pas le bonheur des autres. Je trouve cet égocentrisme profondément cruel et je me suis sentie mal à l'aise tout au long de ma lecture à cause de ça.

 

Bref... Lisez plutôt les avis enthousiastes d'Irrégulière et de Maggie.

 

Dans la catégorie "auteurs enterrés à Paris" : challenge necrophile

Publié dans théâtre

Commenter cet article

Ellcrys 24/01/2011 10:51



Ah Molière ! Que de souvenirs !!! J'aime beaucoup et je me rappelle le plaisir que je ressentais avec les lectures de ses pièces (Le malade imaginaire, Les femmes savantes, Les fourberies de
Scapin...) que du bonheur !



kalistina 26/01/2011 00:22



Tu cites des pièces comiques, qui effectivement me font cet effet-là aussi, mais je n'ai pas du tout ressenti la même chose avec celle-ci.



k-ro 23/01/2011 18:49



Rhââ, pour moi c'est la meilleure place de Molière.


Déjà, quel camouflet pour les dévôts qui ont fait interdire Tartuffe! Molière a créé un personnage pire que Tartuffe.


C'est un personnage courageux, qui va au bout de ses idées, de sa logique, qui n'obéït qu'à ses intérêts propres (oui, c'est un égoïste) et qui l'assume parfaitement.


C'est un personnage cruel à l'égard des femmes, qui sont des jouets entre ses mains. La scène du pauvre est extraordinaire de cruauté. Dom Juan perd, pourtant.


C'est un "esprit fort" qui montre les limites de la société dans laquelle il vit. Il conteste les règles, réutilise tout ce qu'il a appris pour les contourner. Il assume ce qu'il est, même quand
il perd. Je trouve admirable le "la voici" de la fin.


C'est vraiment une oeuvre corrosive à souhait, qui explique peut-être ton malaise... ça prouve la réussite de l'oeuvre.



kalistina 26/01/2011 00:22



Je ne peux qu'être d'accord avec toute ton analyse... Mais justement, le personnage est si réussi que ça me rend mal, en effet!



Joelle 23/01/2011 12:11



Cela me rappelle le lycée car j'ai du étudier cette pièce en seconde et je crois bien que c'était la première fois où je n'avais pas aimé une oeuvre de Molière !!! Il y dénonce certains travers
mais il n'y a pas la légèreté et l'ironie habituelles de ses autres pièces !



kalistina 26/01/2011 00:20



C'est pour ça que je ne perçois pas cette pièce comme comédie.



Karine:) 22/01/2011 23:48



Je crois que je l'ai lu ado mais je m'en rappelle plus ou moins, en fait.  Il faudra que je retente le coup pour voir s'il me hérisse autant que toi. 



kalistina 23/01/2011 00:59



Ah oui, ça m'intéresse d'avoir d'autres avis!



maggie 22/01/2011 18:49



Je suis très sensible à la belle langue de Molière, notamment dans ses "grandes comédie" mais il est vrai que personnage de Dom Juan est détestable sous bien des aspects...



kalistina 22/01/2011 19:54



C'est ce paradoxe que j'ai ressenti : langue magnifique mais personnage terrible.