La petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy

Publié le par kalistina

la petite fille qui aimait trop les allumettes

 

"Nous avons dû prendre l'univers en main, mon frère et moi car un matin un peu avant l'aube papa rendit l'âme sans crier gare.  Sa dépouille crispée dans une douleur dont il ne restait plus que l'écorce, ses décrets si subitement sombés en poussière, tout ça gisait dans la chambre de l'étage où papa nous commandait tout, la veille encore.  Il nous fallait des ordres pour ne pas nous affaisser en morceaux, mon frère et moi, c'était notre mortier.  Sans papa, nous ne savions rien faire.  À peine pouvions-nous par nous-même hésiter, exister, avoir peur, souffrir".

 

On m'avait prévenue que c'était une roman "original"... Volontairement, je n'avais absolument rien lu sur ce livre, pas même la 4e de couverture, rien. En voyant le titre et la couverture, je m'attendais à un genre de polar... mais pas à ce que j'ai lu, en tout cas!!

 

On ne peut pas trop en dire sur ce court roman. Sachez simplement que deux adolescents vivent sous la coupe tyrannique de leur riche père, qui ne leur a offert ni éducation, ni occasion de découvrir autre chose que les quatre murs de leur maison et le jardin. Leur vie consiste à appliquer les ordres donnés, et parfois à jouer les "secrératiens". C'est le rôle que décide de prendre un de ces deux jeunes gens lorsque leur père meurt soudainement.

Coupés de tout, ignorants de tout, on découvre peu à peu toute l'horreur de leur vie, racontée pourtant de façon banale puisqu'il s'agit de la seule vie qu'ils aient jamais connue, sans la remettre vraiment en cause. C'est ce décalage qui est glaçant.

 

Bien que ce qui déroute se situe avant tout dans l'histoire, le style n'est pas en reste, puisque, comme je le disais, ces deux ados n'ont reçu aucune éducation. C'est donc avec un langage étrange, souvent cru, toujours étonnant, parfois truffé de références classiques, que s'exprime notre secrétarien.

 

Bien qu'il n'ait quand même pas atteint le même degré d'atrocité à mon sens, ce roman m'a mise presque aussi mal à l'aise que Les noces barbares de Yann Queffélec, et ce n'est pas peu dire. Je ne regrette pas de l'avoir lu, parce qu'effectivement il est... comment dire... unique?, mais je ne peux pas dire que j'ai aimé. 

Mon-Quebec-en-septembre

 

Billet qui aurait dû être publié pour l'opération Québec en septembre...

 

Les billets de Jules, Karine et Le Papou.

Commenter cet article

Grominou 09/01/2013 07:40


J'ai trouvé ce roman particulièrement efficace par sa construction qui nous dévoilait peu à peu la réalité. Gros coup de coeur pour moi.


C'est vrai que la couverture fait très polar, dis donc! Celle de l'édition québécoise est complètement différente.

pierrot reveur equitable 06/01/2013 19:49


quel magnifique blog littéraire que le vôtre


vraiment


et la fille qui aimait trop les allumettes


de Gaetan Soucy est un livre émouvant


ICI
PIERROT
WWW.REVEURSEQUITABLES.COM

permettez-moi d'offrir à cet auteur
une de mes chansons
une vraie histoire vécue
sur ma route de vagabond céleste
qui traite aussi des relations humaines...
allumer le rêve d'une fascinante énigme qu'est l'autre.

SUFFIT D'UNE ALLUMETTE

COUPLET1

ma liberté
une nuit un orage
un jeune pouceux
que j'ai connu s'a route

à 25 ans
y a perdu son courage

j'ai 58
c'est pas grave un naufrage

l'un comme l'autre
pas de sac de couchage
rien à manger
une chance ma gourde est pleine

le jeune a mal aux pieds
j'le vois dans son visage
y va pleuvoir
y a d'la glace dans ses veines

REFRAIN

que je lui dis
suffit d'une allumette
pour enflammer ta vie

rêve d'une conquête
d'un grand feu sous ta pluie
d'un grand feu sous ta pluie

COUPET 2

ma liberté
une nuit un orage
j'ai dit au jeune
va dormir en d'ssous d'l'arbre

m'a prendre soin d'toé
m'a m'occuper du feu
mets mon manteau
tu vas t'sentir au chaud

une chance qu'on est
en d'ssous d'un sapinage
je casse des branches
chu mouillé d'bord en bord

la run est toffe
pendant que le jeune dort
je pris pour qu'il
retrouve son courage

COUPLET 3

ma liberté
une nuit un orage
au p'tit matin
chu complètement crevé

y mouille encore
mon feu est presque mort
le jeune se lève
y est comme énergisé

y fonce dans l'bois
y casse des gros branchages
y est en pleine forme
son feu m'monte au visage

sèche mon linge
lui son manque de courage
y m'sert la main
et reprend son voyage

REFRAIN FINAL

c'est lui qui m'dit
suffit d'une allumette
pour enflammer ma vie

j'te jure
que j'rêverai de ma conquête
d'un grand feu sous ma pluie
et le vieux
je te remercie

Pierrot
vagabond celeste


Pierrot est le co-auteur du site web www.reveursequitables.com Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans
le Vieux-Montréal. Pierrot Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs...vagabond céleste en quête d'une vie
privée oeuvre d'art pour que surgisse partout sur la planète des pays oeuvre d'art.

QU'EST-CE QU'UN RÊVEUR EQUITABLE?

Toute personne qui prend la décision d'allumer le rêve d'une autre personne sans intérêt personnel caché, faisant de sa vie une vie privée oeuvre d'art au service d'un futur pays oeuvre
d'art.

www.reveursequitables.com
www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.demers.qc.ca
chansons de pierrot


 


 


 

Cristie 03/12/2012 21:42


Il m'intrigue !!

Djemaa 26/10/2012 14:42


Merci de nous faire rêver, bonne fin de semaine, Pascal, journaliste.

L’écrivaine 25/10/2012 15:45


Certains auteurs ont fait le bon choix le jour où ils ont décidé de rédiger un roman. Ce n’est pas donné à tout le monde de savoir comment rédiger un roman intéressant et qui sera choisi par un
éditeur. La simplicité, la spontanéité des personnages et la véracité des événements seront des atouts précieux. Les faits racontés devront être crédibles et captivants. Pour rédiger un roman
intéressant, certains vous diront qu’il y a une méthode et d’autres vous diront qu’ils écrivent ce que leur coeur leur dicte. Pour ma part, je crois que l’on peut écrire un roman sans méthode,
mais qu’il est préférable d’avoir une méthode pour écrire un bon roman. 


Merci pour votre blog. J’apprécie vos analyses.

kalistina 01/11/2012 22:04



Je ne me sens absolument pas l'âme d'un écrivain donc je n'ai pas de point de vue construit sur la question.