Une place à prendre de J. K. Rowling

Publié le par kalistina

Une-place-a-prendre

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

 

Que ceux qui se demandaient si J.K. Rowling pouvait écrire autre chose que Harry Potter soient rassurés : on en est loin, mais alors très très loin.

Quand des élèves de 5e sont venus me demander pourquoi je ne l'avais pas encore acheté, je leur ai expliqué que ce roman était clairement destiné à un public adulte et qu'ils seraient bien désarçonnés avec celui-ci...

 

D'ailleurs moi aussi j'ai été désarçonnée. Je n'avais volontairement pas lu la 4e de couverture ni les avis des uns et des autres avant d'ouvrir moi-même le roman. C'est donc avec un grand étonnement que j'ai lu les premiers chapitres, le temps de m'y faire : c'est pas gai, dis donc!

Mais ça donne le ton. Car ce roman dépeint une réalité crue, sans fard, et terriblement vraisemblable. La mort d'un seul homme semble jouer le rôle de déclencheur. Suite à ce décès, toute la petite ville de Pagford va se révéler au grand jour. Les magouilles, l'hypocrisie, les rancoeurs, les jalousies, les amours déçues, l'alcoolisme, la misère sociale, tout y est. Je ne suis jamais allée dans une petite bourgade anglaise suffisamment longtemps pour m'en faire une idée juste, mais c'est tout à fait comme ça que je me figure certains endroits, et je dirais même que tous ces vices cachés sont universels, que l'histoire aurait tout aussi bien pu se passer au fin fond de la Chine au 17e siècle sans perdre de sa cruelle justesse.

 

Contrairement à la plupart des lecteurs, j'ai mis du temps à accrocher au roman. Les premiers chapitres me semblaient longuets, je lisais sans réellement m'intéresser...

Et puis j'ai fini par accrocher, par m'attacher à certains des personnages (une infime partie d'entre eux puisqu'on a quand même à faire à une belle brochette de gougnafiers!). Mais leur souffrance était si tangible... que finalement, moi aussi, j'ai versé ma larme.

 

J.K.Rowling prouve avec ce roman qu'elle est un grand écrivain, tout à fait capable de varier ses registres. Même si j'ai beaucoup moins aimé ce roman que la saga des Harry Potter, je lirai avec plaisir et intérêt ses prochains

PM.jpg

romans.

 

Merci aux éditions Grasset et à Price Minister. Puisqu'il s'agit du match de la rentrée littéraire, je mets exceptionnellement une note : un 15/20 pour moi. 

 

Les billets de Belledenuit, Elfique, Hydromielle, l'Irregulière, Noukette, Stephie...

Commenter cet article

Camille&Aurore 18/08/2015 17:31

Impressionnée par tes crtiques bien que n'aillant lue aucun de ces livres...
Venez visiter notre blog où il y a quelques critiques (jeunesse) mais surtout des poèmes !
les-ados-litteraires.over-blog.com

Sophie Hérisson 01/01/2014 19:01


Je te souhaite une belle année 2014... Reviens nous voir!

lili 11/04/2013 09:52


J'ai hate de le lire !!!

Lystig 27/02/2013 19:25


j'ai aussi trouver un peu long...

Aelys 03/02/2013 15:35


Comme toi, j'ai trouvé le début lent, poussif... au point de ne pas avoir réussi à continuer :(