Pastiches et postiches d’Umberto Eco

Publié le par kalistina

pastiches-et-postiches.jpg

Virtuose de l'humour et de l'intelligence, Umberto Eco déploie dans ce livre toute la gamme de son immense talent. Extravagant et véridique, ce recueil se situe à mi-chemin entre les Exercices de style de Raymond Queneau et les Mythologies de Roland Barthes. Amicalement sacrilège, délicatement satirique, l'auteur passe en revue les modes et les moeurs de ses contemporains. Nos codes et nos rites fournissent la matière de ses apologues.

On découvrira Nonita, récit inspiré de Nabokov où le jeune héros brûle d'amour pour une octogénaire décatie. On fera aussi ses délices d'une version inédite de l'Ancien Testament et on se délectera de la retransmission en direct de la découverte de l'Amérique par Colomb, commentée en duplex par Luther et Léonard de Vinci.

 
Ce recueil est composé de petits écrits, qui ne m’ont pas tous touchée de la même façon. Il y en a certains que je n’ai pas pu apprécier, faute de partager les références culturelles pastichées… Je me sens bien ignare quand je lis Eco (c’est la deuxième fois, mais la sensation est identique) !

Quant à celles que j’ai pu vraiment comprendre, je les ai beaucoup aimées. La 4e de couverture est vraiment bien faite, puisqu’elle évoque précisément les 3 textes qui m’ont le plus plu.

Celui que j’ai le plus apprécié est quand même le premier, qui présente les supposés avis d’un éditeur au sujet de certains manuscrits ; il explique pourquoi il les refuse. Ce sont bien sûr des monuments de la littérature. Ca commence avec rien de moins que la Bible, mais il y a aussi l’Odyssée d’Homère, la divine comédie de Dante, le cycle de la recherche de Proust…

J’ai relâché ce livre dans la rue (toujours dans le cadre du bookcrossing) juste après l’avoir lu et donc avant de rédiger cette critique ; c’est un peu dommage, parce que sinon je vous aurais donné quelques passages bien truculents !

Publié dans essais - documents

Commenter cet article

Isil 15/06/2007 15:08

Merci pour ce commentaire qui m'a donné envie de lire. J'adore Eco (j'ai lu le Nom de la Rose et le Pendule de Foucault)C'est vrai que c'est plus compliqué à lire que du Agatha Christie, mais avec un bon dico à portée de main ça passe. Disons que ce ne sont pas des livres pour le métro!

kalistina 16/06/2007 00:12

C'est plus difficile pour s'immerger. Il faut avoir l'esprit prêt pour ce genre de lecture, je pense. Une affaire de moment!

virginie 21/05/2007 19:34

Ah je me souviens que j'avais bien ri en lisant ce livre, et la suite aussi;o)

kalistina 21/05/2007 22:53

J'avais feuilleté "voyage avec un saumon" et je crois que j'avais préféré.

Florinette 19/05/2007 18:47

Je n'ai encore rien lu de cet auteur, et ton billet me donne envie d'en connaître davantage ! ;-)

kalistina 21/05/2007 22:41

En tout cas ça donne une idée du style ;-)

Emeraude 18/05/2007 12:23

Umberto Eco est quand même magnifique. Il faut, bien sûr, lire "Au Nom de la Rose". Sinon, j'avais lu "comment voyager avec un saumon", je crois que c'est dans le même style que Pastiches et Postiches (à moins que ça soit dedans ?? je ne me souviens plus...)Je l'ai lu parce qu'une cliente de l'hôtel où je travaille m'a appelé un jour pour me dire qu'elle n'avait rien consommé dans le mini-bar (vous savez, ce sont ces trucs qui se facturent automatiquement) et de là, elle m'a parlé de Umberto Eco. Je suis sortie du boulot et je suis allée l'acheter directement. Pas déçue du tout!

kalistina 18/05/2007 23:49

A ce que j'ai compris, "comment voyager avec un saumon" a pour sous-titre "nouvelles pastiches", ou quelque chose comme ça, donc ça doit être dans le même esprit.

yueyin 16/05/2007 23:28

j'adore Ecco, je le note celui-là :-)

kalistina 17/05/2007 21:56

;-)