C'était bien de Jean d'Ormesson

Publié le par kalistina

cetaitbien.gif

Dans cet ouvrage, Jean d'Ormesson se retourne sur son passé et sur une vie déjà longue. Comme chacun d'entre nous, il a été emporté par un temps qui invente tout avant de tout détruire. Il a vécu dans un des siècles les plus sanglants de l'Histoire. Il a assisté au triomphe d'une science porteuse désormais d'autant de craintes que d'espérances. Il a essayé d'être heureux dans un monde où le mal se mêle inextricablement à la recherche du bonheur. Sur cette terre périssable, il a aimé les livres, les femmes et les bains de mer. Les livres ont été la grande affaire de son existence passagère dont il parle avec distance et gratitude. Gratitude envers qui ? Émerveillé par le jeu sans trêve du hasard et de la nécessité, enchanté par un monde qu'il a parcouru d'un bout à l'autre (avec une préférence pour la Méditerranée), il croit en un ordre des choses dont il ignore le sens. Avec une allégresse ironique et un peu mélancolique, il communique au lecteur trois sentiments qu'il éprouve avec force : la stupeur devant l'Univers, l'effroi devant l'Histoire, la ferveur devant la Vie.

 

Pas facile de vous parler d'un livre qui n'a pas réellement de trame, qui n'est ni un roman, ni un essai, peut-être une autobiographie, mais loin des codes classiques du genre... Un livre qui ne se résume pas, donc!

Jean d'Ormesson écrit ici comme on peut l'entendre parler sur les plateaux télé : de façon agréable, cultivée, pétillante. C'est là qu'est la force de d'Ormesson : il ne parle de rien, finalement, si on y pense. Il donne son regard sur la vie, sa gaieté, sa légèreté... mais avec une verve, une aisance, qui crée un réel plaisir à la lectrice que je suis.

Que de bons moments passés à le lire! Il crée la littérature à partir de rien. Tout dans le style, et, moi qui aime les romans avant tout pour leur trame, je n'ai pas eu besoin du moindre contenu ici. Les petites anecdotes, les petites et grandes réflexions sur les thèmes à la fois profonds et facilement futiles (avez-vous remarqué la minceur de la frontière entre sagesse et vacuité, parfois?), les références qui foisonnent, cela m'a amplement suffi pour aimer ce livre.

Je sais qu'il ne fait pas l'unanimité, mais j'aime cet auteur et aussi son personnage.

J'avais lu un de ses romans, voilà que je lis un de ses... autres écrits?... et je le relirai très certainement, parce qu'avec lui on découvre, on apprend, on se régale de sa plume, on sourit, et on vit une belle littérature.

Publié dans essais - documents

Commenter cet article

La plume et la page 04/11/2011 23:15



J'avais beaucoup aimé ce livre aussi. Il ne parle de rien en particulier mais il nous séduit par sa plume.



kalistina 06/11/2011 16:50



J'ai le même ressenti :-)



Loo 28/10/2011 19:50



Une lecture qui ne parait pas pas commune. Bien que je connaisse Jean D'ormesson, qui ne le connait pas d'ailleurs, je n'ai jamais pris la peine de le lire. Voici un livre qui me donne envie de
commencer avec lui.



kalistina 28/10/2011 23:49



C'est une bonne entrée en matière, avec des chapitres qu'on peut picorer, lire un peu de temps en temps... Quant au roman que j'avais lu, il s'agit du Juif Errant, très bien aussi.