Moby Dick d'Herman Melville

Publié le par kalistina

moby_dick.gif

Avec Moby Dick, Melville a donné naissance à un livre-culte et inscrit dans la mémoire des hommes un nouveau mythe : celui de la baleine blanche. Fort de son expérience de marin, qui a nourri ses romans précédents et lui a assuré le succès, l'écrivain américain, alors en pleine maturité, raconte la folle quête du capitaine Achab et sa dernière rencontre avec le grand cachalot. Véritable encyclopédie de la mer, nouvelle Bible aux accents prophétiques, parabole chargée de thèmes universels, Moby Dick n'en reste pas moins construit avec une savante maîtrise, maintenant un suspense lent, qui s'accélère peu à peu jusqu'à l'apocalypse finale. L'écriture de Melville, infiniment libre et audacieuse, tour à tour balancée, puis hachée au rythme des houles, des vents et des passions humaines, est d'une richesse exceptionnelle.

 

Cette 4e de couverture n'est pas mensongère, et j'y retrouve les deux aspects qui ont le plus marqué ma lecture.

Le premier a été le style, une langue absolument remarquable, à laquelle je ne m'attendais pas. Je m'attendais certes à quelque chose de bien écrit, la réputation du livre ne pouvant pas être usurpée, mais j'ai trouvé une telle verve, un jeu avec la langue, maîtrisée, sublimée, que j'en ai été parfaitement subjuguée. Je viens de rouvrir la première page pour écrire ce billet, pour me remettre un peu dans l'ambiance du roman, et j'en suis déjà transportée.

Le second est caché derrière l'expression "suspense lent". Disons que l'adjectif m'a plus frappée que le nom qu'il qualifie, voyez... C'est là que j'ai vu que j'étais une lectrice finalement bien terre-à-terre. Même la plume la plus admirable n'a pu me faire oublier indéfiniment le contenu : des marins, qui chassent le gros poisson, si possible l'énorme cachalot (car oui, à l'époque, tout ce qui se trouve dans l'eau est un poisson, baleines comprises). Ou en tout cas qui tentent, qui ont pour objectif d'en attraper un ou deux, tant qu'à faire Moby Dick. Mais, à la page 290, en tout cas, celle où j'ai déclaré forfait, c'était pas gagné.


Je suis déçue, si déçue, d'avoir été tellement emballée par cette plume magnifique, pour finalement jeter l'éponge pour la simple et mauvaise raison qu'il ne se passe absolument rien... Je lirai Barleby le scribe pour renouer avec Herman Melville. Puisse-t-il me donner une seconde chance.

Commenter cet article

Grimmy 23/11/2011 13:20


Je comprends ta déception d'avoir lâché Moby Dick, je l'avais lu jusque la fin (je ne me souviens pas m'être ennuyée, peut-être parce que je l'ai dévoré en me disant que, du point de vue de la
baleine, c'était passionnant). Quant à Bartleby, c'est un chef d'oeuvre, une de mes plus belles lectures de l'année, dont le "I'd prefer not to" me reste en tête.

kalistina 24/11/2011 22:28



Je viens de lire Bartleby, justement, et j'ai envie de lire des analyses et interprétations. J'ai trouvé ce récit puissant mais je sens qu'il me manque des clefs de lecture, je voudrais en saisir
toute la portée.



Moka 10/08/2011 16:29



Il fait partie des livres que j'ai envie de découvrir. Mais pas tout de suite !



kalistina 12/08/2011 23:32



En ce moment c'est priorité à Emile ;-)



Joelle 09/08/2011 10:28



C'est un classique dont je n'ai jamais tenté la lecture à cause, justement, de tous les abandons parmi les lecteurs que je connais ! Du coup, c'est un peu effrayant et ça ne donne pas envie de
s'y lancer !



kalistina 09/08/2011 15:29



Je n'avais pas parlé de Moby Dick avec qui que ce soit, à part avec monsieur qui a lu une version abrégée étant gamin, donc peut-être que je n'aurais pas tenté non plus si comme toi j'avais
entendu des échos d'abandon!



Emeraude 07/08/2011 19:31



c'est ce qui me retient le plus de lire de classiques : la peur de m'ennuyer ! (mais parfois j'ai de bonnes surprises)



kalistina 07/08/2011 23:27



Je me suis souvent beaucoup amusée avec des classiques, et me suis aussi franchement barbée avec des contemporains. Faut pas se retenir :-)



Mango 07/08/2011 17:31



Même impression que toi à ma première lecture mais je l'ai entendu lu récemment dans une émission de nuit et c'était magnifique. Peut-être gagne-t-il à être lu par grands passages  et par
moments plutôt que d'un bloc comme un roman!? 



kalistina 07/08/2011 19:02



Peut-être, oui, que j'ai fait une overdose, à force! Mais c'est dur de lire des passages, faut savoir les choisir.