Le poids de la grâce de Joseph Roth

Publié le par kalistina

poidsdelagrace

L'oeuvre de Joseph Roth est faite d'ironie, de dérision, d'humour et d'une infinie compassion pour ses personnages. Une grande liberté d'expression alliée à une précision méticuleuse, une extrême rigueur, en font l'un des plus grands prosateurs de la langue allemande. Il a ce goût viennois de la plaisanterie, de la pointe amère et sceptique. Mais il a aussi un côté « prophète » qui s'exprime en particulier dans Le Poids de la grâce, et qui l'apparente parfois à Isaac Bashevis Singer.

 

Mendel Singer enseigne la Torah aux enfants de sa communauté, quelque part aux confins de la Russie occidentale, peu de temps avant la Première Guerre Mondiale. Il vit humblement avec sa femme, Déborah, et ses quatre enfants.

Les frères et soeurs ne se ressemblent pas : Jonas veut s'émanciper des traditions juives et devenir un Russe "comme les autres", pour servir le tsar, ce qui terrorise ses parents ; Myriam est une beauté et a soif de vivre, ce qui occasionnera là encore les inquiétudes parentales ; Menouhim, le petit dernier, est gravement handicapé depuis toujours, mais Déborah a confiance en les prédictions du rabbin : son benjamin, un jour, sera miraculeusement sauvé. Chemariah, le cadet, est l'intellectuel de la famille ; contrairement à son frère Jonas, porter les armes ne luit dit rien et, lorsqu'il est appelé, il préfère fuir le pays pour émigrer aux Etats-Unis.

 

Malgré cette brève présentation du roman, le héros, c'est bien Mendel, le père de famille. Tout tourne autour de lui, de son rôle de père, de mari et de modèle de piété. La vie ne l'épargnera pas et sa foi aura bien des raisons d'être ébranlée.

Ce roman a été publié en France sous un autre titre également ; Job. Ce choix me plaît infiniment moins que Le poids de la grâce, que je trouve très poétique et particulièrement bien trouvé. Néanmoins, Job est assez parlant aussi, puisque, tel le patriarche biblique, Mendel verra lui aussi sa foi mise à l'épreuve par Dieu.

 

Les questionnements sur la religion et plus simplement sur la vie sont au coeur du roman. Mendel Singer est un homme, avec ses faiblesses, ses interrogations, ses doutes, et toute cette humanité est magnifiquement retranscrite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article