Les philosophes meurent aussi de Simon Critchley

Publié le par kalistina

les philosophes meurent aussi

Pythagore préféra se faire massacrer plutôt que de traverser un champ de fèves ; Platon serait mort d'une infestation par les poux ; Epicure accueillit sa fin avec joie, entouré de ses amis - "la mort n'est rien pour nous", disait-il ; Descartes fut emporté par une pneumonie à la suite des leçons matinales qu'il prodiguait au coeur de l'hiver suédois ; Voltaire,
pourfendeur de l'Eglise, demanda à être confessé par un prêtre sur son lit de mort ; Kant termina sa vie sur ce mot : "Sufficit ", "c'est assez" ; Bentham se fit embaumer pour être exposé dans une vitrine à l'University College de Londres ; Simone Weil s'est laissée mourir de faim pendant l'Occupation ; Camus est mort d'un accident de voiture, rattrapé par l'absurde ; Sartre lança un jour : " La mort ? Je n'y pense pas" : 50 000 personnes assistèrent à ses funérailles.

« Si j’étais faiseur de livre, je ferais un registre commenté des morts diverses » écrivait Montaigne. Le Britannique Simon Critchley s’est pris au jeu, s’intéressant à la mort de près de deux cents philosophes. Un voyage à travers les siècles et les continents pour redécouvrir l’histoire de la philosophie. Et s’interroger sur notre propre condition de mortel. Philosopher, c’est apprendre à mourir.

 

Simon Critchley, professeur de philosophie, a écrit une sorte de chronologie des principaux philosophes de l'Histoire, en s'intéressant à leur point de vue sur la mort, et à celle qu'ils ont vécue.

 

Ce qui est agréable avec ce type d'ouvrage, c'est qu'il est fait, me semble-t-il, pour être feuilleté, picoré, ouvert, reposé, rouvert quelques temps plus tard... Ce n'est pas un livre qu'on lit d'une traite et dont on peut dire "je l'ai fini".

Pour chaque philosophe, on a parfois trois lignes, parfois trois pages... Point n'est besoin d'avoir des connaissances préalables en philosophie ; Simon Critchley nous parle d'hommes (et de quelques rares femmes), de quelques-unes de leurs idées, et de leur mort. Je suis une vraie bille en philosophie, j'ai donc découvert l'existence de bon nombres des philosophes ici cités, et j'ai pu en savoir un peu plus au sujet de certains dont seul le nom m'est familier. Bien sûr, on ne sort pas de la lecture de ces articles avec une réelle connaissance des idées philosophiques de ces grands noms, mais ça peut donner envie d'en savoir plus sur certains.

logo-kant.jpg


C'est plutôt anecdotique, mais c'est ça qui est divertissant, et le format choisi (petits articles) permet d'offrir une lecture agréable et légère. Ce livre m'a donné d'autant plus envie de participer au challenge organisé par Neph : Yes we Kant!
Rejoignez-nous et lisez vous aussi au moins un ouvrage philosophique en 2011!

 

 

Merci à Blog o Book et aux éditions François Bourin pour ce livre.

Publié dans essais - documents

Commenter cet article

isleene 19/12/2010 15:10



J'aime l'idée du livre, son absurdité aussi... Je le note, il me plait bien. Merci pour la découverte



kalistina 19/12/2010 18:55



Je t'en prie, c'est un des buts du blog ;-)



Irrégulière 13/12/2010 12:19



ça a l'air intéressant, malgré un sujet peu joyeux ! Bon, je verrai si je tombe dessus alors...



kalistina 15/12/2010 23:42



Je trouve que justement, ça dédramatise fortement le sujet.



Choupynette 13/12/2010 11:39



ça a l'air sympa en effet. a conseiller à une lycéenne en désamour avec la philo avant le bac... ;)



kalistina 15/12/2010 23:42



Par exemple!



Alwenn 12/12/2010 22:26



oups. Faute. "compliquait". ;)



kalistina 13/12/2010 00:00



Je te pardonne mon enfant!



Alwenn 12/12/2010 22:24



J'ai beaucoup aimé en effet. J'ai même hésité entre prof de philo, lettres ou anglais ! Finalement, en khâgne, j'ai décroché avec la philo parce que le grec et le latin m'attiraient bien plus (et
puis parce que mine de rien, ça se compliquaient singulièrement...) mais je suis restée "très philo" ! ^^ Malheureusement, depuis pas mal de temps, jen'en lis quasiment plus (raison pour laquelle
d'ailleurs je ne me suis pas inscrite au challenge de Neph... ;) )


Et le rapport des philosophes à la mort m'a toujours intéressée. Donc vraiment, je crois que ce livre est pour moi !



kalistina 13/12/2010 00:00



Mais au contraire, au contraire, c'est justement parce que tu n'en lis plus qu'il faut t'inscrire au challenge de Neph!