Le manteau. Suivi de Le nez de Nicolas Gogol

Publié le par kalistina


Il ne se souciait aucunement de son habit : son uniforme n'était pas vert mais d'une couleur tirant vaguement sur le roux farineux. Le col en était si étroit et étriqué que son cou, bien qu'il ne l'eût point long, paraissait proprement démesuré lorsqu'il en émergeait [...].
Immanquablement, des choses se collaient à son uniforme : tantôt un brin de paille, tantôt un bout de fil, et il avait en outre l'art tout particulier, lorsqu'il était dans la rue, de passer sous une fenêtre juste au moment où l'on en déversait toutes sortes de saletés, si bien qu'il transportait perpétuellement sur son chapeau des épluchures de pastèque ou de melon et autres sornettes du même genre. La vie d'Akaki Akakievitch, bornée à l'univers étroit de son travail au ministère, se trouve bientôt métamorphosée par un projet invraisemblable : l'acquisition d'un manteau neuf...

On s'attache assez au personnage du pauvre Akaki Akakievitch. J'ai largement préféré cette histoire du "manteau" à celle du "nez".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messaline 13/08/2006 22:57

J'avais eu le recueil complet à étudier en classe de terminale.
Le nez, Le manteau, La perspective Nevsky, Le portrait, et Le journal d'un fou.
La dernière est ma préférée, et j'ai très envie de les relire toutes, en me remémorant brevement les histoires.

Edelwe 17/07/2006 11:51

Personnellement j'ai nettement préféré le Nez...j'ai adoré le côté bizarre, complétement farfelu.

Barbabella 12/07/2006 18:00

J'ai également préféré "Le manteau". "Le nez" était vraiment trop bizarre pour moi :(