L’âne d’or ou les métamorphoses d’Apulée

Publié le par kalistina

undefined

Jubilant dans le baroque aux confins de l'érotisme, du fantastique et de la mort, Les Métamorphoses d'Apulée (IIe siècle), seul roman latin dont nous possédions le texte intégral, racontent à la première personne les tribulations d'un nef trop curieux qu'une opération de sorcellerie ratée a transformé en âne mais qui n'en pense pas moins, et tissent dans tous les styles la trame parodique d'une comédie humaine dont le dénouement est procuré par l'intervention d'Isis-Reine, Déesse Éminentissime.

" Ce livre est un chef-d'œuvre. II me donne à moi des vertiges et des éblouissements; la nature pour elle-même, le paysage, le côté purement pittoresque des choses sont traités là à la moderne et avec un souffle antique et chrétien tout ensemble qui passe au milieu. Ça sent l'encens et l'urine, la bestialité s'y marie au mysticisme, nous sommes bien loin encore de ça nous autres comme faisandage moral. » (Gustave Flaubert, 1852).
 
J’ai beaucoup aimé lire les aventures de Lucius, personnification du dicton « la curiosité est un vilain défaut ». Il est bien sympathique, mais pas très malin. Il ne pense qu’à deux choses : la bagatelle et la magie, qui le fascine. Ca le mènera rapidement à sa perte, et il se retrouvera, par mégarde, transformé en âne.

A partir du moment de sa métamorphose, il va bien sûr être victime de nombreux coups du sort, maltraité, échappant à la mort à plusieurs reprises… Ca devrait être dramatique, mais il est trop bêta pour qu’on puisse s’empêcher de rire de lui.

Les passages grivois ou ésotériques ne sont pas toujours passionnants au premier abord, mais c’est cette multiplication des genres qui rend le roman intéressant. On a de tous les genres, tous les registres…

Je vais sûrement en faire bondir certains, mais on dirait du Pratchett latin, dans le sens où c’est une grosse farce qui tourne en dérision le style d’écriture et la pensée de l’époque. Ca n’est pas si délirant que ça dans l’absolu, loin de là, mais c’est la première fois que je lis quelque chose de comique pour des cours de latin.

Sachez tout de même qu’à traduire, c’est beaucoup moins drôle… Apulée écrit au 2e siècle après J.C. et les latinistes comprendront mon désarroi face à ce mélange permanent de latin classique et de bas latin… Et je peux même vous prédire un truc : à commenter à l’oral, ça risque d’être une franche rigolade pour l’examinateur et un grand moment de solitude pour moi :-/

Je vous le conseille donc, déjà pour le plaisir parce que c’est bien plaisant, et aussi pour connaître ce qui semble avoir inspiré pas mal d’auteurs et qui a fait rire des générations de soldats romains (ben oui, vu le nombre de romans sur le marché à l’époque, c’était pas si dur de faire un best-seller).

J'émets tout de même un petit bémol au sujet de l'édition chez Folio classique, qui aurait tout de même pu choisir un autre passage pour la 4e de couverture : c'est du genre salace et ça m'a valu quelques coups d'oeil choqués des voyageurs assis autour de moi dans le train. Heureusement que je prenais des notes, genre, attention, c'est du sérieux même si ça n'en a pas l'air!

Commenter cet article

MARTY Manon 21/01/2009 04:36

Voici ma traductionOù dit il as tu trouvé ces petits poissons sans valeur?Je lui montre un petit vieux , il était assis dans un cpoin . Pythas d'une voix rude l'apostropha"Vous annoncez avec des gros prix des poissons sans valeur, mais pas impunément !"Et répandant devant tout le monde le contenu du panier , ordonna d'écraser les poissons avec les pieds,puis il partit .Merci de votre correction et à bientôt .

kalistina 21/01/2009 14:52


Alors le sens y est globalement mais il manque quelques petites choses.
- "visa sportula succussisque piscibus" n'est pas traduit
- "a quo... comparavisti" : le "quo" peut être masculin ou neutre, donc si c'est neutre ta traduction convient, sinon tu peux traduire aussi par "à qui as-tu acheté". "Comparo" = procurer. "A quo"
: abl. marquant la provenance.
- "tum" n'est pas traduit.
- "Tam magnis pretiis pisces frivolos indicatis?". Tu peux traduire "indico" par annoncer un prix, effectivement, ou bien par évaluer, estimer. Tu n'as pas traduit le "tam" : "à des prix si
élevés".
- "sed non impune" : il faudrait je pense ajouter un verbe pour une traduction plus française.
- "profusa sportula" : l'ablatif absolu se traduit plutôt par un participe passé ("ayant répandu...").
- tu n'as pas traduit "officialem suum", sujet de l'infinitive.
Mais sinon ça me semble bien ;)


Marty Manon ' élève de 4eme " 20/01/2009 05:11

J'habite à MOOREA Polynesie Française Je dois traduire ce texte et je n'y arrive pas tres bien .... Pythias,visa sportula succussisque piscibus,"a quo inquit,haec nugamenta comparavisti?" Demonstro seniculum:in anguelo sedebat.Tum Pythias aspera voce eum increpat;"Tam magnis pretiis pisces frivolos indicatis?Sed non impune!"Et, profusa in medium sportula,jubet officialem suum pedibus omnes pisces obterere,deinde abit . APULEE les Métamorphoses

kalistina 20/01/2009 21:12


Bonjour Manon, dis-moi ce que tu as fait pour l'instant et je te corrigerai :-)


Misss-bouquins 31/07/2008 14:28

J'ai égalment fait du latin mais on a jamais parlé de ce livre. Est-il dur à lire en français ? J'ai tendance à me méfier des vieux livres (non pas ceux du 18-19 ème, ceux encore plus vieux) depuis que j'ai lut Gargantua que j'ai pas aimé même si il est intéressant du point de vue philosophique.

kalistina 01/08/2008 03:12


Je n'ai étudié que des auteurs ultra classiques quand j'étais en collège et lycée (Cicéron, Sénèque...). Apulée est un auteur tardif, je suppose que c'est en partie pour ça qu'il est moins étudié
(Dona, si tu passes par là et que tu vois que je me trompe, n'hésite pas à me corriger!).
Sinon je ne vois pas bien la raison du parallèle entre Apulée et Gargantua... 1400 ans les séparent, tout de même :-D En ce qui me concerne, j'aime des livres de toutes époques, et c'est valable
tout autant à la négative.


yueyin 01/02/2008 23:46

Hihi à moi aussi ça rappelle des souvenirs... j'ai voulu me remettre au latin il n'y a pas longtemps mais je n'arrive pas à trouver le temps... Pourtant j'ai édoré ça et j'aimerai....

kalistina 02/02/2008 14:37

Le déclic ne revient toujours pas, jsuis pas fichue de me souvenir de quoi que ce soit. C'est la galère mais les textes sont intéressants, ça compense :o)

Alain-anjalika 31/01/2008 21:49

Coucou Kalistou :))voici un livre que j'avais beaucoup aimé, eh! forcément c'est antique!  Ils ne manquaient pas d'idées ces anciens!J'espère que tes deux vies, professionnelle et estudiantine, se déroulent sans trop de difficultés mais j'imagine que ce n'est pas facile tous les jours.Alors bon courage et à la prochaine  

kalistina 02/02/2008 14:32

Je savais que ça te plairait, ce genre de bouquin ;-)Je suis contente de ton passage, ça fait toujours plaisir d'avoir un message de ta part! A bientôt :-)