L’arrière-saison de Philippe Besson

Publié le par kalistina

 
 
arriere-saison.jpg

À Cap Code, c’est l’été indien. Les estivants sont partis. Chacun savoure le calme retrouvé, la belle saison. Louise se rend, comme chaque soir, au café Chez Willies, attendre Norman qui doit la rejoindre « quand il aura fini ce qu’il a à faire ». Il est en retard. Dans le café, il n’y a personne, sinon Ben, le barman, et elle. Louise est au comptoir. Ils échangent des banalités, la suite d’une conversation ininterrompue depuis tant d’années qu’elle vient ici. C’est alors qu’apparaît un revenant : Stephen.

Stephen et Louise ont autrefois formé un des couples les plus en vue de Boston. Elle, jeune comédienne devenue auteur de théâtre à succès, coqueluche des milieux branchés. Lui, brillant jeune homme diplômé de Harvard, issu d’une vieille famille fortunée. Ils ont vécu ensemble cinq ans d’amour simple et heureux, jusqu’au jour où Stephen s’est laissé séduire par Rachel, une brillante jeune femme diplômée de Harvard, d’une famille fortunée, tout à son image. Il avait fait son choix et Louise lui avait fait jurer de ne jamais chercher à la revoir.


Dès les premières pages, l’ambiance est là. Je me suis vraiment crue dans une petite ville du fin fond des Etats-Unis ; en revanche, j’aurais bien vu la scène dans les années 50. Je trouve que tout s’y prête !

On dirait presque une pièce de théâtre, « l’arrière-saison » est un petit huis clos avec quatre personnages réunis le temps d’une soirée dans un café. Je suis sûre que ça ferait une super pièce !

L’histoire en elle-même n’a rien de particulier : une femme a dû s’endurcir après une séparation douloureuse, un homme revient faire amende honorable tout en voulant garder le beau rôle, mais les retrouvailles ne sont pas simples…

Non, ce qui est intéressant dans ce livre, c’est le style et l’atmosphère un peu moite qu’il parvient à créer. C’est bien fait de la part de l’auteur, surtout quand on sait qu’il a inventé son roman simplement à partir d’un tableau. Je trouve qu’il l’a bien interprété, image et texte se répondent bien à mon goût.

Ce n’est pas un coup de cœur que j’ai pour ce livre, comme l’ont eu je crois pas mal d’autres bloggeurs, mais l’agréable découverte d’un auteur que je poursuivrais volontiers avec « les jours fragiles », par exemple.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edelwe 23/02/2009 18:32

J'aime beaucoup Ph. Besson. Mon préféré : Les jours fragiles (journal fictif de la soeur de Rimbaud). J'ai beaucoup aimé l'Arrière-saison (le plu gai de Besson selon moi). J'ai apprécié l'ambiance et l'écriture. Et surtout l'idée de prendre comme point de départ un tableau.

kalistina 01/03/2009 17:05


Il me donne bien envie, "les jours fragiles". J'avais noté ce titre il y a longtemps déjà.


Soma 14/08/2007 22:21

l'histoire me plaisait, ms j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec le style de l'écriture de Philippe Besson.... après l'arrière-saison, j'ai essayé  Un Instant d'Abandon, ms je bloque vraiment sur l'écriture...Bizzzz

kalistina 14/08/2007 22:30

Ah ça, le style, c'est sûr qu'il faut apprécier celui d'un auteur pour pouvoir plonger dans l'histoire, tout du moins en ce qui me concerne. On a tous des auteurs qui nous laissent froids :-)Il faudrait que je me penche sur ton blog sérieusement, dans quelques temps, pour enfin me mettre au scrap!

patch 11/08/2007 11:35

J'adore cette auteur, "Les jours fragiles" est excellent pour continuer mais si je peux me permettre, tu as "Un instant d'abandon" qui est excellent....;o )

kalistina 12/08/2007 14:03

Ah, un troisième titre!

Laconteuse 08/08/2007 20:15

J'ai lu le livre il n'y a pas si longtemps, j'ai beaucoup aimé... ce fut une belle découverte :)... On me conseille également les jours fragiles pour continuer ^^comme quoi

kalistina 12/08/2007 13:59

Ca nous fait donc deux autres titres à noter pour cet auteur, si je résume bien!

Tamara 07/08/2007 18:38

Je n'ai pas lu celui-ci mais on est rarement déçu par un P. Besson ! J'ai aimé "En l'absence des hommes"...

kalistina 12/08/2007 13:57

Décidément, faut que je me renseigne sur celui-là!