La Chartreuse de Parme de Stendhal

Publié le par kalistina


À Parme, l'ombre de la chartreuse s'étend sur la cour et sur les intrigues aristocratiques des quelques happy few qui l'animent : Gina la belle duchesse, le comte Mosca, mais surtout le jeune Fabrice del Dongo, qui suscite l'amour de tous ceux qui le croisent.

Comment ne pas l'aimer, ce jeune rêveur plein de grâce, qui transfigure la réalité ? Mais lui, que tout le monde aime, qui saura-t-il aimer ? C'est la question qui hante Fabrice, et Stendhal nous entraîne dans sa quête, qui le conduira de Milan à Parme, de Waterloo au lac de Côme, jusqu'à la prison de la tour Farnèse où son destin va basculer...

 

Alors alors… syndrome de la page blanche… ce livre est tellement foisonnant, et tant d’autres en ont déjà si bien parlé, que j’ai un peu honte de livrer mon petit avis à mon tour.

Si vous avez lu comme moi les billets d’autres bloggeurs sur La Chartreuse, vous aurez peut-être retenu les allusions à l’humour du roman ; je confirme ! On sourit, on s’amuse, on se gausse de la mesquinerie de certains personnages et de la niaiserie de certains autres.

De toutes façons, que ça soit en riant ou en m’exaltant, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde en lisant ce roman. J’y ai mis le temps, mais c’était surtout pour le savourer…

Ce sont avant tout les personnages qui ont fait pour moi le sel de ce roman. Ce brave Fabrice, mais qu’il est bécasson ! C’pas Dieu possible. Au début, on lui pardonne ses élans chevaleresques tout à fait inopportuns, parce qu’il est encore un ado, il a l’excuse de la jeunesse… mais le temps passe et sa fougue ne s’estompe pas, elle ne fait que changer de cible. C’est d’ailleurs cet élan plein de naïveté qui fait le charme de Fabrice ; il détonne face aux hordes de petites gens ambitieuses et mesquines qui évoluent dans le même univers que lui.

Gina a elle aussi cette fougue impétueuse, mais elle est revenue de l’ingénuité de sa jeunesse et c’est une redoutable intrigante. Cela dit, elle s’engage toujours pour des causes qu’on a soi-même envie de défendre, elle est passionnée et tout à fait humaine, alors on s’attache à elle et on l’admire malgré des actions pas toujours reluisantes. Le plus remarquable, c’est tout de même le comte Mosca ; quel dévouement ! Quel esprit ! Elle en a de la chance, cette Gina. Elle aussi mériterait parfois quelques baffes salutaires, comme son neveu.

Je suis estomaquée de savoir que Stendhal a pu écrire ce chef d’œuvre en à peine deux petits mois. J’y ai trouvé le tourbillon entraînant d’un Dumas mêlé à la classe d’un… euh… un Stendhal ? J’avais déjà beaucoup aimé Le Rouge et le noir, mais La Chartreuse de Parme m’a davantage captivée. Encore un classique qui n’a rien de poussiéreux ! Venez donc grossir les rangs des Happy Few.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine :) 18/10/2008 01:38

Quel enthousiasme!  Il est dans la pile, je devrais le lire pour ls Fashion Klassik... un jour!  Je pense que je vais étendre mes challenges sur 2 ans!  Mais bon, ça me tente déjà beaucoup plus!

kalistina 19/10/2008 01:16


Ah ça, pour ce qui est d'étendre les challenges... Pour ça que cette année je ne me suis lancée que dans le défi "nom de la rose", spécial paresseux : seulement six livres! Et encore, je n'en ai lu
que 4... Je n'oublie pas les deux autres et j'ai encore plus de deux mois, me dis-je.


fashion 17/10/2008 09:19

Ton billet me fait un plaisir fou.Stendhal forever.:)))

kalistina 19/10/2008 01:13


;-)


Emeraude 13/10/2008 21:01

entre toi, chiffonnette et surtout, bien sûr, fashion et ses happy few, j'ai bien envie de lui donner une chance à cette chartreuse ! Sauf que je n'ai que le rouge et le noir dans ma PAL ;-)

kalistina 15/10/2008 17:08


C'est bien aussi, mais l'ambiance est différente... On s'amuse davantage avec la Chartreuse.


Lilly 13/10/2008 18:54

Je l'ai lu cette année (oui, ma lecture a été trèèèès étendue), et j'ai bien aimé sans avoir un méga coup de coeur. Mais ça fait plaisir de voir que d'autres apprécient et en parlent !

kalistina 15/10/2008 17:08


Voui, militons pour les classiques :-)


LVE 13/10/2008 08:25

Euh, ben, bah... euh.... bof, quoi (oui,  je sais, c'est très argumenté)...

kalistina 15/10/2008 17:07


Oh non :-(