Raphaëlle ou l'ordre des choses de Roland Laurette

Publié le par kalistina

raphaelle
Le terroir gascon n’est ici que le décor d’un drame humain plus universel : celui des ravages causés sur le fils par le non amour de la mère et le piège de l’ordre des choses.
Georges est un paysan. Il vit dans le vignoble du Madiran aux environs de 1900 pendant la crise du phylloxéra. A ce titre, le roman évoque aussi les travaux et les jours d’un microcosme rural pris dans les prémisses douloureuses d’une profonde mutation.


Georges est un personnage très particulier : écrivant son journal, il se livre sans mensonge et on a souvent l'occasion de découvrir sa noirceur, sa violence qui surgit parfois sans qu'on s'y attende et qui fait peur ; mais, sans aller jusqu'à dire que je l'ai trouvé attachant, il m'a touchée, par ses souffrances, ses échecs...
Chaque période de sa vie est marquée par sa relation avec les femmes ; sa mère, à qui il voue une haine implacable et qui le lui rend bien, mais aussi les femmes qu'il va aimer, et qui vont pour certaines lui apporter une part de rêve, pour d'autre un réconfort...
Pour raconter cette histoire que je qualifie de "tragique" au sens presque antique du terme, l'auteur adopte un style très littéraire, avec des phrases travaillées, une langue souvent recherchée... C'est donc un roman qui peut parfois sembler difficile d'accès, mais à mon sens cette écriture nourrit le tragique et permet vraiment au roman de prendre une dimension étoffée.
Raphaëlle ou l'ordre des choses n'est pas facile à trouver, mais si vous avez envie de découvrir l'auteur, il vient de publier Roman de Ghjuvanni Stephagese, clés pour l'affaire Colonna.

Publié dans romans historiques

Commenter cet article

choupynette 27/02/2010 20:23


Une histoire qui semble exigeante... mais ton billet donne envie!


kalistina 27/02/2010 21:49


Oui voilà c'est exactement ça, ce n'est pas un roman fluide où on tourne les pages sans s'attarder et sans se rendre compte de ce qu'on lit, ici l'histoire "se mérite", si je puis dire! Mais c'est
bien, aussi ;-)