Le lit de la Merveille de Robert Sabatier

Publié le par kalistina


" Va où il y a des livres..."
Sur ce conseil insolite d'un clochard, le jeune Julien, qui traîne dans le Paris de l'après-guerre le souvenir d'une blessure d'amour, trouve un petit emploi chez un libraire. Il rencontre Roland, un étudiant dandy, qui le présente bientôt à sa mère Eleanor, une Américaine de Boston, éprise de littérature et d'art français. Ainsi va commencer pour Julien un roman d'apprentissage que Stendhal n'eût pas désavoué.
Apprentissage du monde, d'abord, dans un Paris où l'on croise Aragon, Bachelard, Asturias ou Darius Milhaud. Initiation amoureuse, aussi, qui, bien qu'elle finisse mal, aidera le jeune homme à trouver son destin. Mais la grande affaire, ce sont les livres. " Viens creuser le lit de la merveille ", a dit à Julien un vieil émigré de l'Est en l'entraînant dans sa bibliothèque. Il ne l'oubliera plus. A travers cette peinture attendrie et souriante du Boul'Mich' et du Saint-Germain d'autrefois, le romancier des Allumettes suédoises et du Cygne noir salue sa propre jeunesse et la passion de sa vie : la lecture.


J'étais bien triste en refermant mon livre d'en quitter le héros...
La vie du jeune Julien n'est pas rose en ce début des années cinquante. Il est seul, sans travail, sans réel logement... Et puis sa rencontre avec Roland va tout précipiter. Viendront le travail à la librairie, où il côtoiera tant de personnages attachants (mademoiselle Lavoix, Saint-Fargeau...), et surtout l'entrée dans l'appartement de famille, et le quotidien avec la so smart Eleanor. Le personnage de l'Oncle m'a beaucoup touchée lui aussi.
D'une manière générale, que de solitude! Il m'a semblé que pas un des personnages n'en souffrait, ne serait-ce qu'un peu - voire bien trop, comme l'Oncle ou simplement notre Julien. Ca m'a fait me sentir agréablement mélancolique...
Robert Sabatier a écrit avec Le lit de la merveille une très belle autobiographie romancée(?), dans laquelle il chante son amour des livres et ses autres émotions. Je me suis attachée à lui, comme si je le connaissais... Et, après l'avoir croisé une première fois à un salon littéraire où je lui ai acheté cet ouvrage, j'ai envie de le rencontrer à nouveau en dédicace pour lui dire les bons moments que j'ai passés avec lui.

Je voudrais vous faire partager quelques passages, simples phrases ou extraits, qui manifestent cet amour du livre dans lequel je me suis reconnue, et dans lequel je suppose que d'autres se reconnaîtront, et d'autres passages que j'ai tout simplement trouvés beaux.

"Durant le cours de mes lectures, parfois, je me sentais traversé par un rayon lumineux. J'étais chargé, comme une pile, d'une étrange électricité. L'inconnu de la vie se révélait le temps d'un éclair. Il fuyait et je devais lire et lire encore dans l'espoir d'un nouvel éblouissement, d'une nouvelle charge d'énergie. C'était comme si je cherchais mon salut dans une inhabituelle beauté. Comme si un second coeur était entré dans ma poitrine pour battre à l'unisson du mien. Comme si l'intelligence des textes ne résidait pas seulement dans mon cerveau mais dans mon corps entier".

"Je collectionnais mes lectures comme don Juan ses maîtresses et aucune statue de Commandeur ne viendrait me punir du vice".

"J'étais "là où il y a des livres" et lire était devenu pour moi une activité physique comme boire, manger, dormir, marcher."

"Je ne sortais jamais d'une librairie ou d'une bouquinerie les mains vides".


J'ai d'abord craqué pour le titre, puis pour la 4e de couverture, puis pour ce que j'ai lu... Ce roman vaut la peine d'être connu!

Kattylou l'a lu aussi, et c'est un coup de coeur pour elle aussi!

Commenter cet article

Melle clef 24/06/2011 11:31



a 19 ans j'ai lu tous les livres de Robert Sabatier que j'ai pu trouver dans les librairies, dans les bouquineries... ils sont encore chez ma mere et je veux les garder. ces des petits tresors.
Celui ci n'est pas meme si son amour des livres fait echo en moi. je te conseil les alumettes et ce qui ont suivi aussi évidemment ainsi que les enfants
de l'été. qui sont de petites perles.



kalistina 24/06/2011 22:43



C'est vrai que je n'ai jamais lu les fameuses allumettes alors que c'est son bouquin le plus connu!



Jennifer 18/01/2010 15:35


Bonjour ^^ je me suis permise d'ajouter un lien vers ton commentaire sur mon propre commentaire de ce livre, ici  ! =) J'espère que cela ne te dérange pas! @
bientôt! Jennifer. 


kalistina 18/01/2010 21:02


Oh mais non au contraire! Et ça me permet de découvrir ton blog :D


Caro[line] 21/10/2009 23:29


Alors ATTENTION !!! Je ne suis pas stéphanoise. Nous sommes tous lyonnais dans ma famille, mais ma mère a déménagé à Saint-Etienne. J'ai hésite à la renier (parce que quand même...
Saint-Etienne...) mais bon, c'est ma maman quand même....

Bon, j'rigole (enfin pas tant que ça) ! Pour ceux qui ne le savent pas, c'est la gué-guerre entre lyonnais et stéphanois depuis toujours. Je vais à Saint-Etienne deuis quelques années et c'est une
petite ville sympa et j'adoooore son salon du livre.

Et donc oui, Kali, à l'occasion on pourra peut-être si croiser !!!


kalistina 22/10/2009 21:11


Voui en effet je sais que c'est la guerre entre lyonnais et stéphanois... Ouh là là la bourde que j'ai pas faite!! :p
Je ne savais même pas qu'il y avait un salon du livre à St E, faudra que je me renseigne!


Caro[line] 21/10/2009 07:26


Ouiiiii ! Je serai au salon vendredi après-midi et samedi, et j'en profite pour rester jusqu'à lundi soir chez mes parents !!


kalistina 21/10/2009 19:10


Oh mais j'ignorais que tu étais stéphanoise au départ! J'y vais de temps en temps, une grande partie de ma belle-famille y habite! Si ça se trouve on se croisera une fois :D


Caro[line] 20/10/2009 08:13


J'ai vu que Robert Sabatier sera à la Fête du Livre de Saint-Etienne ce week-end. 


kalistina 21/10/2009 01:14


Mais euh... Tu seras à Saint Etienne...?