Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon

Publié le par kalistina

jeu de l ange

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain, reçoit d'un mystérieux éditeur une offre inespérée: écrire « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de tuer et d'être tués », de surcroît en échange d'une fortune. Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui.

 

Malgré ma mémoire généralement fort défaillante, ce roman m'a semblé bien familier. L'Ombre du Vent ne peut que se rappeler à mon souvenir... La même ambiance, les mêmes lieux...

 

C'est avec plaisir que j'ai (re?)découvert la librairie Sempere, une librairie telle qu'on en rêve tous : rien que pour les passages autour d'elle, j'ai aimé ce roman.

La ville elle-même est également un lieu de première importance, presque un personnage. On se perd dans ses dédales, elle nous avale.

 

Quant aux personnages plus réels, c'est surtout Isabella qui a trouvé grâce à mes yeux, la jeune femme impétueuse, au caractère vif et bien trempé, et qui donne un peu d'ardeur à l'histoire quand elle a tendance à s'engluer. David, lui, a beau être le héros, je ne l'ai pas trouvé très attachant. Il a un nombre incroyable de soucis, c'est certain ; mais aussi une grande capacité à voir le verre à moitié vide et à se morfondre.

 

L'intrigue elle-même a de forts accents fantastiques, puisque l'auteur a visiblement voulu faire une sorte de réécriture du mythe de Faust. Pourquoi pas, mais les mystères entourant ce pacte entre David et son fameux éditeur sont un peu pénibles (doit-on comprendre que le lecteur est trop stupide pour comprendre tout seul? Ou est-ce le héros qui se voile la face?).

Je n'enfoncerai pas le clou avec la fin, qui est pour le moins.... comment dire... déroutante. Restons polis.

 

Bref, un roman un peu décevant dans son contenu, mais quand même agréable à lire parce que Carlos Ruiz Zafon a un style accrocheur qui donne envie de tourner les pages.

 

Les avis de BlueGrey, Dédale, Emeraude, Grominou, Joëlle, Jules, Karine, Maggie, Stephie, Zarline.

Commenter cet article

DF 07/09/2012 10:30


Mauvais souvenir pour moi... j'ai eu l'impression dérangeante que l'auteur avait tout dit à la page 200 (sur 600). Cela, sans oublier de de flatter le lecteur avec ce qu'il aime: les librairies
où l'on se sent bien, le mythe romantique de l'écrivain maladif, le monde des livres qui fascinent... moufff.

kalistina 12/09/2012 22:27



C'est tout à fait juste, on a de sacrés topoï spécial lecteurs des temps modernes, là-dedans.



maggie 25/08/2012 19:13


Je pense que si on a aimé le premier, on ne peut qu'aimer le deuxième ! Il y a effectivement la même ambiance mais j'avoue que la fin m'a déçue...

kalistina 27/08/2012 13:40



Je crois que c'est justement parce que j'ai beaucoup aimé le premier que j'avais des attentes pour le deuxième qui n'ont pas été comblées.



Karine:) 15/08/2012 16:27


Je suis assez d'accord avec ton avis.  Étrange cette fin et un sentiment de déjà lu...

kalistina 16/08/2012 22:40



Oh, sentiment, même plus que ça puisqu'on sait d'où il vient!



Stephie 14/08/2012 10:00


J'ai hâte de lire le troisième de la trilogie

kalistina 16/08/2012 22:39



Ah je ne savais même pas qu'un troisième était prévu!



kikine 08/08/2012 02:42


Oui, c'est justement parce que j'ai lu L'ombre du vent que je repousse ma prochaine lecture. Peur que ce soit trop pareil. Peur d'avoir de trop grandes attentes et être déçue

kalistina 16/08/2012 20:18



J'ai quand même passé un bon moment en le lisant, hein, simplement effectivement c'était un peu décevant parce que pas à la hauteur de L'ombre du vent.