La faute de l'abbé Mouret d'Emile Zola

Publié le par kalistina

faute de l abbe mouret

Ce fut ainsi qu'Albine et Serge marchèrent dans le soleil, pour la première fois.
Le couple laissait une bonne odeur derrière lui. Il donnait un frisson au sentier, tandis que le soleil déroulait un tapis d'or sous ses pas. Il avançait, pareil à un ravissement, entre les grands buissons fleuris, si désirable, que les allées écartées, au loin, l'appelaient, le saluaient d'un murmure d'admiration, comme les foules saluent les rois longtemps attendus. Ce n'était qu'un être, souverainement beau.
La peau blanche d'Albine n'était que la blancheur de la peau brune de Serge. Ils passaient lentement, vêtus de soleil ; ils étaient le soleil luimême. Les fleurs, penchées, les adoraient.

 

Il fallait bien que ça finisse par arriver... Cinquième tome des Rougon-Macquart, premier moment d'ennui.

 

Serge, le fils de Marthe et François, les héros du précédent roman, est devenu curé. A vingt-six ans, il est dévoué corps et âme à l'Eglise, et notamment à la Vierge.

Suite à crise d'on ne sait trop quelle maladie, son oncle, le fameux docteur Pascal, l'envoie en convalescence au Paradou, grosse maison de campagne presque abandonnée, gérée par un vieil homme et l'adolescente qu'il a recueillie, Albine. La jeune fille soigne le curé devenu amnésique, l'emmène en longues promenades dans le jardin du domaine et arrive ce qui doit arriver (je ne dévoile rien, c'est dans le titre).

Setge est pur, vierge de corps et d'esprit, rencontre Albine (du latin alba, blanche, couleur symbole de pureté...), l'aime dans le Jardin, le bien-nommé Paradou... Bref bref, ce ne sont plus des ficelles mais d'énormes cordes, à ce niveau-là. C'est donc la réécriture de la chute originelle, avec d'interminables pages de verdure, de feuilles, d'arbres, de fleurs et autres plantes, de découverte de la chair en toute innocence, etc.


Non, vraiment, quand Zola fait dans l'amour, dans le beau, dans le pur, il me tue d'ennui. La dernière des trois parties du roman m'a un peu plus intéressée, mais le mal était fait. Vivement le tome 6 que je reparte sur de bonnes impressions.

Defi-Emile-Zola

 

Les billets de Cuné, Lilly, Moka, Pimprenelle, Stephie.

 

 

Commenter cet article

DF 03/10/2011 14:55



Ah, je l'avais justement bien aimé celui-là... d'un lyrisme qui m'a agréablement surpris de la part de cet auteur. Il faudrait que je revienne à ses romans, d'ailleurs, cela fait longtemps que je
n'ai rien lu de lui.



kalistina 07/10/2011 01:00



J'ai l'impression que ce roman ne laisse personne indifférent, bien moins que certains autre tomes du cycle.



Bénédicte 30/08/2011 15:44



je ne l'ai pas lu et j'ai d'ailleurs beaucoup de retard sur Zola Quelle déception cela a du être pour toi



kalistina 31/08/2011 15:55



Oh pas tant que ça, ça arrive quand même régulièrement dans une vie de lecteur de ne pas accrocher à un livre!



Stephie 28/08/2011 01:44



Le suivant est sur ma table de chevet, il attend sagement, ahum... et toi ?



kalistina 28/08/2011 15:53



Je suis lentement les aventures du sieur Rougon ; bien plus intéressant à mon goût que le précédent, mais je lis lentement, because of the rentrée imminente!



Moka 27/08/2011 20:01



Moi j'ai adoré ! Je n'ai pas encore eu ce petit moment de déception. Bon sur les vingt ça finira par arriver non ?



kalistina 28/08/2011 15:52



Ou pas, j'espère que non pour toi ;-)



Stephie 21/08/2011 16:00



Je l'avais éimée ado mais cette relecture ne m'a pas séduite moi non plus. Il faut que je me remette au challenge d'ailleurs ;)



kalistina 27/08/2011 19:28



T'en es où?