L'héritage de Guy de Maupassant

Publié le par kalistina

Un fonctionnaire modeste et veuf, Cachelin, donne en mariage à son jeune et ambitieux collègue, Lesable, sa fille, Coralie, seule héritière d’une vieille tante fortunée.
À la mort de la tante, on découvre avec stupéfaction que la galante repentie avait mis comme condition à l’héritage que l’union ne fût pas stérile, et même que sa nièce eût un enfant dans les trois ans, faute de quoi l’argent irait aux pauvres.
Les jeunes mariés se mettent donc à l’ouvrage. Et les époux, pour procréer, redoublent d’efforts désespérés, ce qui les font passer de la tendresse à la haine. En effet, le malheureux Lesable s’avère incapable de donner un enfant à sa femme.
Le temps passe. Que faire pour ne pas manquer l'héritage?


Ah, la douce vie d'employé de bureau... Les commérages, les mesquineries, les petites entourloupes pour en faire le moins possible tout en donnant l'impression qu'on en fait beaucoup... Et une obsession : l'augmentation de fin d'année. Terriblement actuel, isn't it?
C'est en partie pour cela que j'aime Maupassant : l'air de rien, sa plume est rudement acérée! Aucun des petits travers de l'individu observé, ici "l'homo administrandis", n'est épargné, et ses récits ont toujours quelque chose d'universel et d'intemporel. C'est un régal que de suivre les petitesses des personnages et d'observer par le petit bout de la lorgnette jusqu'où ils sont prêts à aller pour parvenir à leurs fins. Et comme d'habitude, c'est dans l'adversité qu'on montre son vrai visage! Mais rassurons-nous, au moindre petit rayon de soleil apaisant, hop, on oublie tout pour revêtir à nouveau son petit masque hypocrite.
C'est délicieusement atroce de voir comme les jeunes employés martyrisent le pauvre père Savon avec leurs blagues potaches, comme Lesable a les dents qui rayent le parquet, comme Coralie peut faire la girouette quand elle a un million de francs dans la tête...
Comme toutes les fois où j'ai lu Maupassant, ce fut un plaisir, tel que je n'ai pas vu les pages tourner!

J'ai lu cette longue nouvelle dans la collection "à s'offrir en partage" des éditions André Versaille, et je voudrais souligner le plaisir matériel des ouvrages qui la composent : 5€, et surtout un format tout petit, tout pratique, qu'on peut emmener partout avec soi! On renoue avec l'idée originale du livre "de poche" et j'adore ça! Et puis c'est trop joli, cette petite lorgnette de la couverture sur la première page. Bref, une collection à découvrir, qui associe ce packaging parfait à un contenu tout aussi plaisant : les auteurs classiques sont remis au goût du jour. Si tant est qu'ils aient jamais été démodés, hein... Mais je me dis que si je ne les aimais pas, j'aurais peut-être envie de revenir sur mon jugement, avec ces jolies couleurs roses et jaunes!

Je vous invite à lire les avis d'Erzébeth, de Praline et de Sylire.

Commenter cet article

Naïk 07/11/2009 10:00


Non, je n'ai vu que quelques épisodes de la série, mais il serait intéressant de lire les nouvelles adaptées et de regarder la série aussitôt après.
Bon week end Kali :-)


kalistina 08/11/2009 02:33


Bon week-end à toi aussi!


Naïk Feillet 30/10/2009 18:28


Je l'avais lu dans un recueil de nouvelles et j'avais beaucoup aimé... mais lire Maupassant est toujours un plaisir, comme tu le soulignes ;-)


kalistina 31/10/2009 11:55



Et as-tu vu l'adaptation télévisée sur france 2?



Anneso 24/10/2009 17:12


ca me dit bien !!


kalistina 24/10/2009 17:26


:D


Stephie 21/10/2009 09:00


Un titre que j'ai dans ma PAL. C'est une très jolie collection !


kalistina 21/10/2009 19:11


N'est-ce pas??


erzébeth 21/10/2009 07:40


Je suis exactement comme toi : j'aime Maupassant, j'y prends du plaisir à chaque fois que je le lis, alors pourquoi je ne le fais pas plus souvent ?!
(les lectrices sont des créatures bizarres)
Très contente que cette nouvelle t'ait plu, c'est un texte qui marque, à coup sûr !


kalistina 21/10/2009 19:11


Tout à fait, des créatures bien étranges... Et Maupassant n'est pas le seul auteur que j'aime tout en le délaissant!