Freedom de Jonathan Franzen

Publié le par kalistina

jonathan-franzen-freedom

Patty a décidé une fois pour toutes d’être la femme idéale. Mère parfaite, épouse aimante et dévouée, cette ex-basketteuse ayant un faible pour les bad boys a fait, en l’épousant, le bonheur de Walter Berglund, de St. Paul (Minnesota). A eux deux, ils forment le couple « bobo » par excellence. En devenant madame Berglund, Patty a renoncé à bien des choses, et d’abord à son amour de jeunesse, Richard Katz, un rocker dylanien qui se trouve être aussi le meilleur ami de Walter.

Freedom raconte l’histoire de ce trio, et capture le climat émotionnel, politique et moral des Etats-Unis de ces 30 dernières années, dans une tragi-comédie d’une incroyable virtuosité. Comment vivre ? Comment s’orienter dans une époque qui semble devenue folle ? Jonathan Franzen relève le défi et tente de répondre à cette question, avec cette histoire d’un mariage d’une implacable cruauté.

 

Voilà ce qui s'appelle une rencontre ratée.


Un roman encensé par la critique, le roman de l'année 2011, Franzen nouveau monument vivant de la littérature... Bref, que du dithyrambique qui m'avait mis l'eau à la bouche.logo-rentrc3a9e-littc3a9raire-priceminister.png

Quand Price Minister a lancé ses matchs de la rentrée littéraire et que j'ai vu ce titre proposé, j'ai immédiatement contacté Rémi, l'adorable responsable de l'opération. Je le remercie pour son envoi et suis vraiment navrée que ce premier partenariat s'achève sur un échec... 

 

Car disons-le tout net, je n'ai pas aimé ce roman. Quelque chose m'a très certainement échappé, mais j'y ai vu une critique de l'Amérique contemporaine, du schéma familial classique constituant finalement une façade derrière laquelle on se cache, des immanquables non-dits et mensonges qui existent dans toute famille... Rien de bien novateur, en somme.


Patty est un desperate housewife, l'épouse, mère et voisine parfaite, dévouée à sa famille et à sa communauté, mettant tous ses efforts à coller à l'image qu'elle veut donner aux autres, mais finalement malheureuse et certainement pas épanouie. S'ensuit un retour sur le passé des protagonistes, puis l'évolution de tous les membres de la famille Berglund, parents puis enfants devenus adultes.

Tous cherchent leur liberté, qui dans le travail, qui dans la famille, qui dans la défense de causes plus ou moins perdues... sur fond de déchirements familiaux. On a là une famille-témoin, un famille typique de la société actuelle et de ses travers.

 

Je n'ai pas su voir l'originalité de ce roman, et encore moins le caractère remarquable de la plume de Franzen. Comment le dire autrement? Je me suis ennuyée, les enfants, mortellement ennuyée! Que tout cela est long, lent, peu palpitant, peu attachant! Vraiment, j'aurais aimé vivre une belle découverte, aller à la rencontre du nouvel auteur que tout le monde encense, mais j'ai très clairement raté le coche.

 

Ceci n'est pas ma première rencontre ratée avec la littérature américaine contemporaine ; je crois qu'il y a un vecteur commun, une touche, un esprit, qui ne me plaît ni ne m'intéresse. Ce sont des choses qui arrivent au pays des lecteurs...

 

Je vous invite à aller lire d'autre avis sur la page Price Minister de Freedom, ainsi que les billets de Keisha, Leiloona, Lili, Papillon.

Commenter cet article

yueyin 15/11/2011 22:10



Franzen ne fait effectivemetn pas l'unanimité chez les blogueurs, j'essaierai peut être si je tombe dessus à la bibli mais peut être :-)))



kalistina 16/11/2011 00:02



Sage décision, comme ça pas de regrets! Ca fait mal au coeur de devoir rendre un livre qu'on a aimé, mais comme c'est rageant d'avoir payé celui qui nous déplait!



Noukette 11/11/2011 17:47



Bon... Ton avis me conforte dans ma première impresison : je ne lirai pas ce livre !



kalistina 12/11/2011 00:37



Je voudrais bien être gentille et te dire maissimaissi, mais impossible...!



Joelle 10/11/2011 11:19



J'ai enfin le temps de venir laisser un comm (je rattrape mon retard petit à petit !). De mon côté, j'aime bien la littérature américaine contemporaine alors j'ai d'autant plus été étonnée de ne
pas accrocher (et d'autant plus déçue !). Je relis à nouveau ton billet et je suis toujours impressionnée : on croirait que tu as eu accès à mes pensées tellement on a le même ressenti ... on
devait être en train de s'ennuyer de concert pendant cette lecture et on a peut-être fait de la transmission de pensée ;)  mdr !



kalistina 10/11/2011 22:15



Bah écoute peut-être qu'on partage des trucs cosmiques, hein, le monde stellaire est petit :p



L'irrégulière 02/11/2011 17:21



J'avais cru comprendre en effet que tu n'avais pas aimé...



kalistina 03/11/2011 22:40



Voui! Mais comme tu le dis, "pas aimé" et non "trouvé trop nul" ou je ne sais quel autre non-argument que je n'ai guère apprécié (pas de ta part hein!).



In Cold Blog 02/11/2011 14:34



Et une déçue de plus ! Décidément... Moi qui avis projeté de découvrir cet auteur avec ce titre, je vais peut-être changer mon fusil d'épaule.



kalistina 03/11/2011 22:39



Le mieux serait de te faire ta propre opinion, évidemment, mais au prix du bouquin, je ne pourrais te pousser à l'achat...