Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Publié le par kalistina

dans-les-forêts-de-sibérie

«Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux. Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie. Et si la liberté consistait à posséder le temps? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures? Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.»

 

Sylvain Tesson a l'habitude des grands voyages et des expériences un peu extrêmes. Sa dernière est surprenante : six mois, seul, dans une cabane au bord d'un lac en Sibérie. Au jour le jour, il nous livre ses impressions, ses tranches de vie, ses réflexions.

 

Le journal de bord d'un type tout seul dans la nature... J'avais peur qu'il ne se passe rien, qu'il nous raconte par le menu comment il pêche son poisson et que c'en soit vite rébarbatif. Que nenni!

Sylvain Tesson nous raconte d'abord comment il organise son aventure et pourquoi il l'entreprend, ce qui nous fait d'ores et déjà réfléchir au monde moderne dans lequel nous vivons, dont nous nous accomodons, avec toutes ses formes d'aliénation à travers les petits riens du quotidien.

Puis, sur place, il aménage sa cabane, se crée son nid douillet pour ses six mois de solitude, et... c'est parti. Six mois de lecture, d'admiration de la nature, de dialogues avec les oiseaux, de promenades parfois périlleuses, de visites impromptues et terriblement "russes".

 

Russe, tel que Sylvain Tesson le définit, il le devient lui-même, d'une certaine façon. De longues phases léthargiques, alternant avec des activités physiques éreintantes (il faut en couper, du bois, pour se chauffer à -32!), des dialogues minimalistes quand on croise ses "voisins", et toujours quelques litres de voska à portée de main. Pour se donner du courage, pour oublier se tristesse, pour fêter l'amitié... Tout prétexte est bon.

D'ailleurs, j'ai lu que l'omniprésence de l'alcool avait gêné d'autres lecteurs ; moi pas. Sylvain Tesson est parti vivre une vie telle que je ne la connais pas, se plonger dans un autre mode de vie, et il a choisi d'y adopter les coutumes locales... et après tout, ce n'est pas un roman et il ne fait pas de lui un héros.

 

A travers son "retour à la terre", il s'interroge sur le sens qu'il donne à sa vie et ses petites et grandes réflexions sont passionnantes. Alors, certes, on y parle parfois pêche et bûcheronnage, mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Un livre qui fait réfléchir et donne de furieuses envies de solitude et d'introspection.

 

Les billets de Mr Canel, Caro, Fleur, Papillon, Saraswati.

Commenter cet article

Violette 27/02/2012 12:12


un livre qui fait réfléchir, comme tu dis. j'ai aimé, surtout pour l'expérience et le dépaysement mais certains détails m'ont perturbée : le style, assez ampoulé, peu naturel... et la vodka qu'il
s'enfile à longueur de journée! :))

kalistina 28/02/2012 13:20



Oui j'avais vu tes réticences ; ça ne m'a pas bloquée, moi, j'ai trouvé ce recours à la vodka en accord avec le reste. J'ai quasiment oublié au cours de ma lecture qu'il ne s'agissait pas d'un
roman mais d'une réelle expérience, c'est peut-être pour ça.



sarawasti 13/02/2012 20:01


j'ai bien aimé sa sincérité, ses hauts et ses bas...terriblement russe ce récit...réflexions parfois alcoolisées..il faut dire qu'à ce moment là ses amours battaient plutôt de l'aile

kalistina 13/02/2012 22:15



Oui, on ne l'apprend d'ailleurs que tardivement, mais quand on le sait on voit les choses un peu autrement, je trouve.



**Fleur** 12/02/2012 14:07


On a très bien fait de te l'offrir !
Pour la question de l'alcool, ce n'est pas génant outre mesure, la vodka ça doit réchauffer par -30° !! :)

kalistina 13/02/2012 22:13



Je suppose qu'en effet, si ça fait du bien en cas de gros froid, on doit être tenté d'en boire des litres et des litres, l'hiver en Sibérie...!



Violette 11/02/2012 14:53


je viens de le lire (et de le commenter)! j'ai vraiment bien aimé malgré un style un peu articiciel...

kalistina 12/02/2012 12:04



Je vais aller lire ton billet alors!



bladelor 10/02/2012 20:00


Waou ! Je suis déjà séduite rien qu'à lire ton billet ! 

kalistina 10/02/2012 23:57



C'est le genre de bouquin vers lequel je ne serais pas allée de moi-même, mais on me l'a offert, et franchement j'en suis ravie!! Ca me change de mes romans, ça fait réfléchir tout en se lisant
quand même comme un roman, justement. Vraiment chouette.