Ce que savait le chat de Martha Grimes

Publié le par kalistina

ce que savait le chat

 

Billet déjà publié sur le Biblioblog.

 

 

Richard Jury, commissaire de Scotland Yard, est appelé sur une bien étrange affaire. Une jeune femme magnifique, habillée en tenue de gala, est retrouvée morte, assassinée, dans un petit village de la banlieue londonienne. Ce qui étonne Jury, plus que le meurtre, plus que le lieu incongru de la découverte du cadavre, c’est le mystère qui l’entoure : il faudra plusieurs jours avant de découvrir l’identité de la beauté assassinée.

La surprise alors va croissant : cette femme encore splendide à la morgue s’avère être la petite bibliothécaire du village, pas même jolie, terriblement insignifiante, au point que personne ne la reconnaît dans la photo de presse prise lors de la découverte de son cadavre. Pourquoi une femme recelant une telle beauté en elle se serait-elle terrée au fin fond de ce petit village, en prenant soin de ne jamais attirer l’attention ? Et pourquoi tuer quelqu’un qui semble aussi peu compter ?

Là où le problème se corse, c’est que le seul témoin du crime est le chat noir du pub derrière lequel a été assassinée la jeune femme.

 

Richard Jury est un héros récurrent de Martha Grimes, mais c’était la première fois que je faisais sa connaissance. Comme souvent dans la littérature policière, le héros est un type qui joue de malchance dans sa vie personnelle, mais qui sait habilement mener ses enquêtes. Il va tout de même rencontrer quelques difficultés pour celle-ci, puisqu’il doit se plonger dans le monde de la haute-couture qui évidemment lui est totalement étranger. Mais, voilà qui tombe très bien, l’inspecteur local a une femme passionnée de mode qui lui a appris tous les repères que les fashionistas se doivent d’avoir ! C’est très amusant de le voir affirmer, gravement : « elle portait des Jimmy Choo ».

Autour de Jury évoluent plusieurs personnages, dont un dandy, homme libre mais suspecté par Jury d’être un dangereux criminel, adorant « jouer » avec le commissaire, qui ne rêve que de le coincer pour l’envoyer en prison. Il y a aussi Carole-Anne, sa charmante voisine, au style tout particulier :

« Le message était rédigé dans le style inimitable de Carole-Anne. Si l’archange Gabriel avait utilisé le même, le christianisme n’aurait probablement jamais percé. « SW a aplé. IC 2 Hi W di 1 fm 6gnl 10pru a Chess. Ca AV l’air urgent ». » J’ ai tenté de le décrypter mais j’ai vite dû abandonner !

 

La présence du chat noir lors du meurtre n’a rien d’anecdotique, car Jury se targue de pouvoir communiquer avec les animaux, à sa façon. Ces échanges, si je puis dire, créent des situations cocasses, qui pourront peut-être déplaire aux lecteurs cartésiens ou aux fans de la première heure du commissaire (qui n’avait pas, auparavant, ce petit penchant), mais j’ai trouvé que ça apportait une touche de légèreté à l’ensemble.

L’ambiance en effet est parfois assez tendue : contrairement à ce que l’on peut trouver dans d’autres romans policiers, on n’a pas ici à simplement élucider des meurtres. On apprend à connaître la défunte, à travers sa famille, ses amis ; on découvre le fiancé et sa souffrance ; on tente de comprendre sa « double vie »… Les mortes ne sont absolument pas déshumanisées. C’est aussi ce que j’ai apprécié dans ce roman.

 

Je ne pense pas que Ce que savait le chat fera date dans l’histoire de la littérature policière, mais les éclairages « mode » et « communication homme-animal » apportent une petite touche originale qui permettent de passer un bon moment.

Publié dans romans policiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 08/05/2011 08:31



Si tes goûts n'ont pas évolué au point que ta PAL semble obsolète, ça ne me choque pas que tu aies +/- tout gardé. Les déménagements m'ont surtout appris à me débarrasser des livres lus et
qui, en définitive, ne valent pas la peine de se ruiner le dos pour eux. Ma PAL, je la désherbe plutôt au fil de l'eau, quand je me rends compte que tel ou tel livre ne correspond vraiment
plus à mes envies et que je sais très bien que la probabilité que je le lise un jour est proche de zéro.


Tout cela ne m'empêche pas d'être "blindée" de bouquins, lus ou pas ! :D



kalistina 08/05/2011 14:43



Disons que dans ma PAL, il y a en gros : des livres qui correspondent toujours à mes goûts ; des livres offerts et que je ne connais pas, donc que j'ai envie de découvrir ; des classiques, que
j'ai envie "d'avoir lus". Donc j'ai eu du mal à dégraisser le mammouth!



Flo 01/05/2011 18:55



Mon instinct de possessivité a disparu depuis longtemps (les livres que je prête et qui ne reviennent jamais + les déménagements m'ont appris à couper le cordon - et accessoirement à ne plus
prêter mes livres .... En outre, la biblio ça permet l'aventure que je ne tenterais pas contre paiement). Depuis quelques années j'essaie de revenir à des pratiques plus saines en termes
d'achats, à savoir que si j'achète un livre à un moment donné c'est qu'il m'intéresse et donc que j'ai l'intention de le lire rapidement. Mes étagères sont suffisamment encombrées de
livres qui pouvaient attendre ...


Mais à la biblio tu n'as pas un rond à lâcher, tu sais que les livres empruntés ne t'encombreront pas éternellement  (et si vraiment tu tombes en amour d'un livre lu rien ne t'empêchera
de l'acheter ;) ), que tu peux même les rendre sans les avoir ouverts parce que tu as changé d'avis et que tu pourras quand même ré-emprunter un livre sans que, dans l'intervalle, il ait
encombré tes étagères. A partir du moment où la biblio a un fonds qui me convient globalement, j'aime autant en profiter, quitte à ce que ce soit au détriment de ma PAL... Cela dit, cette
dernière a pas mal vieilli - puisque je lis mes acquisitions les plus récentes - et avec le temps je m'en éloigne un peu ce qui renforce l'attrait de la biblio...



kalistina 08/05/2011 00:42



Je pensais aussi que j'allais trouver ma PAL vieillissante et que je pourrais l'alléger un peu en préparant mes cartons... Ben je suis faible, hein, je n'ai pas réussi à enlever grand chose!



Flo 28/04/2011 20:19



Oh moi aussi j'ai décidé de ne plus aller à la biblio ... J'y pense au moins une fois par mois ... Chaque résolution a tenu max une semaine. Je me fais avoir quand je vais rendre des livres. Si
je vais à la médiathèque (à l'autre bout de la ville mais ce n'est pas ça qui m'arrête), je peux rendre les livres à une machine à l'extérieur du bâtiment et donc rester à distance des tentations
(à part que bon quand tu sais tout ce qu'il y a dans le bâtiment, c'est difficile de rester dehors et de lui tourner le dos) mais à la biblio de quartier, c'est plus classique et une fois
sur place je me dis que puisque je suis là, ...


De toute façon, j'ai toujours été faible avec les livres donc je pense que sauf grève de 3 mois des bibliothécaires mon cas est foutu :D



kalistina 01/05/2011 15:05



C'est curieux, j'étais comme toi avant, mais un bas instinct de possessivité s'est soudainement révélé et je n'éprouve plus du tout ce besoin irrépressible de passer la porte de la biblio!



Flo 27/04/2011 19:48



A un truc à 3 chiffres ... Il me reste 8 mois pour descendre à deux chiffres. Si je n'empruntais pas tant à la biblio, ce serait déjà fait car ma PAL a quand même bien fondu mais je suis faible
et la biblio est tentante ... La vie est dure, y'a pas à dire ! ;)



kalistina 28/04/2011 19:19



Moi j'ai décidé de ne plus y mettre les pieds, à la biblio. Là je suis à 500m à pied de la bibliothèque régionale, donc c'est tentant, mais dans un mois, je n'aurai plus que la petite bibli de
quartier, à bien 1km et demi, donc j'aurai le succès peu glorieux! C'est ça qu'il te faudrait :D



Edelwe 27/04/2011 12:13



J'aime bien cet auteur.



kalistina 27/04/2011 19:41



J'ai l'impression d'être la seule qui ne la connaissais pas!