L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Publié le par kalistina


Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent.

 

Il y a des livres qu’on achète en sachant qu’ils vont nous marquer. J’ai parfois été trompée dans ces attentes, mais certainement pas par « L’ombre du vent ».

J’ai dévoré ce roman, je ne pouvais plus m’en détacher, j’ai éteint la lumière à 2h du matin, j’ai pris mon repas à 15h00… Je pense qu’il va rester longtemps dans ma mémoire et dans ma liste des préférés.

Il est inclassable, c’est à la fois un policier, un historique, un roman de vie… Ce mélange des genres pourrait donne un résultat chaotique mais à mon sens il n’en est rien, c’est une histoire puissante et, comme je vous le disais, dont il est franchement difficile de se détacher. J’ai lu certaines critiques qui décriaient le style, je ne suis pas d’accord, je l’ai trouvé au contraire bon et fluide.

Les personnages sont admirables, Fumero est une ignoble ordure, le père de Daniel est touchant, Fermin est drôle et attachant. C’est mon personnage préféré, qu’est-ce qu’il m’a fait rire ! Daniel a beau être le narrateur, il est vrai qu’on le connaît moins, mais ça ne m’a pas dérangée, j’avais l’esprit trop occupé par le reste.

L’intrigue policière est elle aussi prenante, je me suis surprise à élaborer des tas de théories abracadabrantes au fur et à mesure de la lecture. Peut-être suis-je bon public mais je l’ai trouvée très bien construite.

Enfin, les amoureux des livres aimeront tout particulièrement les passages en lien avec le « Cimetière des Livres Oubliés », un lieu que beaucoup d’entre nous aimeraient découvrir, je pense.

Bref, quoi qu’on vous en dise, faites-vous votre propre opinion et lisez ce livre que j’ai vraiment adoré et qui restera longtemps dans ma mémoire. Un de ceux que je veux pouvoir relire dans quelques années pour le redécouvrir avec j’espère autant de plaisir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
La lecture de ce livre a été un pur bonheur de la première à la dernière page: du mystère, une intrigue bien ficelée et un style envoûtant, pas toujours évident lorsqu'il s'agit d'une traduction!A lire!!!!
Répondre
K

Je partage tout à fait ton avis.


N
J'ai lu ce roman cet été (j'ai enfin laissé un message sur mon blog...) et je ne suis pas déçue ! il s'inscrit dans une tradition  "romanesque" que j'aime beaucoup. Et tu as raison : je rêverais de pouvoir me promener dans le Cimetière des Livres Oubliés !
Répondre
K
Je n'ai pas encore lu d'avis négatif au sujet de ce livre ;-)
A
Damned, Kalistina !!! Vous m'avez donné l'envie irrépressible d'aller faire l'acquisition de ce livre et, même si j'ai une centaine d'autres ouvrages en attente de lecture (si, si...), j'éprouve une certaine impatience à découvrir cette oeuvre dont j'ai déjà beaucoup entendu parler par ailleurs... Donc, d'avance, un énorme MERCI pour votre passion et votre enthousiasme communicateurs !
Répondre
K
J'espère que vous ne serez pas déçu :))
P
Salut Kalistina ;o ))
Je l'ai fini et déprime de la dernière page..pffff....Je te remercie, grâce à toi j'ai passé un trés bon moment...Je mets mon billet en ligne demain...
Répondre
K
Ah chouette j'irai lire ça dans les prochains jours alors :)
J
Entièrement d'accord avec toi!  Mon mari et moi l'avons lu et nous nous accordons pour dire que c'est l'un des meilleurs livres que nous avons lus en 2006! D'ailleurs, ta critique me redonne le goût de le relire...
Répondre