Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino

Publié le par kalistina


"Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Ecarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer ; de l'autre côté, la télévision est toujours allumée. Dis-le tout de suite aux autres : "Non, je ne veux pas regarder la télévision !" Parle plus fort s'ils ne t'entendent pas : "Je lis ! Je ne veux pas être dérangé." Avec tout ce chahut, ils ne t'ont peut-être pas entendu : dis-le plus fort, crie : "Je commence le nouveau roman d'Italo Calvino !" Ou, si tu préfères, ne dis rien ; espérons qu'ils te laisseront en paix."

En ouvrant ce livre, j’était pleine d’espoirs et d’attentes, et le début m’a comblée : vous pouvez en lire une partie juste au-dessus. J’adore les livres qui s’adressent aux lecteurs et celui-ci ne cesse de nous interpeller.

Le livre est ensuite construit de la façon suivante : un lecteur (auquel on s’adresse mais qui pourtant n’est pas vous) commence ce nouveau livre d’Italo Calvino, puis il se rend compte qu’il n’en a que le début, la suite appartient à un autre roman. Il se débrouille pour trouver quel est ce nouveau roman qui apparaît, mais là, re-frustration, un autre encore prend sa place au bout de quelques pages. Etc., etc. : tout le livre est fait d’une alternance entre chapitres consacrés à ce lecteur auquel l’auteur dit « tu » (« tu vas commencer le nouveau roman d’Italo Calvino ») et de chapitres qui sont autant de débuts de romans différents.

Au départ, je me suis prise au jeu, je trouvais l’idée excellente, puis je me suis lassée. Un lecteur des amazones qualifiait « si par une nuit d’hiver un voyageur » de brillant exercice de style, je suis tout à fait d’accord, c’est exactement ça. Simplement, au bout d’un moment, le style ne me suffit plus, je suis de ces lecteurs qui ont soif d’histoires (il y en a, me direz-vous, mais un peu trop, et dans tous les sens). Quitte à rester dans le genre Oulipo, je prends « les fleurs bleues » de Queneau et je le relis encore et encore, chose que je n’imagine pas à l’heure qu’il est avec ce bouquin de Calvino.

« Si par une nuit d’hiver un voyageur » et moi n’avons pas dû nous rencontrer au bon moment. Je reviendrai vers lui plus tard, dans quelques mois ou quelques années, et peut-être nous plairons-nous davantage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

passos 29/04/2008 21:18

"un lecteur (auquel on s’adresse mais qui pourtant n’est pas vous) commence ce nouveau livre d’Italo Calvino,"Je ne sais pas, moi que je considère que le "tu" est bien le lecteur qui lit livre, vous, moi, à la fois une et des milliers de personnes différentes. Vous allez me dire qu'en tant que lecteur, on ne fait pas ce qui est dit dans le livre, mais pourtant si. On est bien en train de lire le livre d'Italo Calvino. Quand le chapitre se termine brutalement, on va bien à la librairie pour chercher la suite. On le fait en tant que lecteur, puisqu'on continue à lire le livre, puisqu'on découvre chaque nouveau chapitre en même temps que ce "Tu".C'est un de mes livres préférés. Tout le roman est là. Tant pis si ce n'est qu'un "exercice de style réussi", c'est largement suffisant pour moi. En tant que lecteur. ;)

Emeraude 21/04/2007 14:27

Je vois beaucoup de critiques négatives sur Calvino! C'est vrai qu'il est particulier.
Si par une nuit d'hiver m'a enchantée! Comme toi, Kalistina, j'apprécie beaucoup les livres qui s'adressent directement au lecteur. J'ai été pas mal perdue, surtout au début.
Mais j'ai trouvé ça génial, completement déjanté, et ça m'a procuré un bien immense!
Quand aux autres Calvino, "le baron perché" est une petite merveille, par contre je n'ai pas encore réussi à aller jusqu'au bout du "vicomte pourfendu" qui est pourtant le plus court de tous! Je m'y remetterai sûrement plus tard.

kalistina 21/04/2007 18:10

Tu devrais peut-être aller voir le blog d'Ekwerkwe alors, elle adore Calvino! :-D

virginie 04/02/2007 17:14

C dommage le titre m'inspirait bien, je trouve qu'il fait rêver "Si par une nuit d'hiver un voyageur"... Mon esprit se laisse emporter rien que par le titre. Ton comm est assez négatif, mais je me pencherai sur la question un jour quand j'aurais plus de temps et moins de choses à lire, ce qui n'est d'ailleurs pas gagné du tout;o)

kalistina 04/02/2007 23:16

lol c'est comme la saint-glinglin, on se demande si on le verra, ce jour-là!Quant au bouquin de Calvino, je pense que tu devrais essayer, je suis déçue de ne pas avoir accroché mais je connais des gens super fans. De toutes façons, rien que pour l'originalité du livre, ça vaut le coup d'au moins tenter le coup.

Alain 26/10/2006 21:10

Bonsoir Kalistina! Comme je l'avais dit, étant un "petit" lecteur, je ne vais pas commenter beaucoup de tes sujets ;) Calvino est un peu l'exception, car j'avais lu plusieurs de ses livres, il y a bien ... près de 2 décennies! J'avais bien aimé Côme, ce baron perché qui passa presque toute son existence sur les branches des arbres passant de pays en pays, du temps où l'on pouvait traverser l'Europe, semble-t-il, car je n'étais pas là ;) en jouant au Tarzan!! Le chevalier inexistant également où j'ai bien ri à la fin quand l'armure s'est disloquée et où il n'y avait personne!! Enfin le vicomte pourfendu, pour qui je crois l'auteur s'est inspiré d'une histoire du Mahabharata, la grande épopée indienne (je tente de faire un résumé sur mon blog!! tâche bien ardue et peut -être.... prétentieuse :)  ) 
Sinon en lisant tes résumés, cela m'évitera de lire les livres ;) Merciii
A ta question, j'avais voulu inscrire mon blog dans la catégorie "animaux" mais elle n'existe pas, alors je me suis rabattu sur .... philosophie. Voilà!
J'espère que tu pourras prendre un minou ou deux, c'est tout indiqué pour les amoureux de livres, n'est-ce pas?
Bonne soirée et à bientôt

kalistina 27/10/2006 12:25

Je vois que tu as gardé de frais souvenirs de Calvino! J'ai vu tes chats et ton "faux chat", pour avoir un de leurs copains à la maison, j'attends que mon cher et tendre commence enfin sa désallergisation (ça se dit ça??).

Meria 26/10/2006 09:04

Kalistina, je vais l'insérer dans ma liste du Challenge 2007 à la lettre C. Comme ça, plus d'excuse pour reculer :-)