Atala - René - Le dernier Abencérage de F.R. de Chateaubriand

Publié le par kalistina

Sur les bords du Mississippi, la vie du jeune Chactas commence mal. Sa tribu vaincue, son village détruit, son père mort, ce jeune Indien intrépide, après un rapide passage par la ville, a été fait prisonnier par ses ennemis héréditaires. Promis à une mort atroce, ses derniers jours sont pourtant illuminés par la présence d'Atala, la fille du grand chef. Cet amour lui rendra peut-être la vie. Les deux jeunes gens pourront-ils s'enfuir et échapper à leur destin ?

Il est des auteurs qu'il "faut" avoir lu, me dis-je. Alors, de temps en temps, je sors un classique poussiéreux de la bibliothèque, ou j'achète un bel exemplaire tout neuf, pour me familiariser avec un de ces "il faut".
Pour Chateaubriand, j'avais choisi ce recueil de trois nouvelles, me disant que ce serait une bonne façon de découvrir l'auteur, sans forcément me lancer dans des lectures longues comme un jour sans pain, si jamais je n'accrochais pas.
Bien m'en a pris! Parce que Chateaubriand, je vous le dis tout net, j'ai trouvé une de ses nouvelles très belle mais très chiante!
C'est extrêmement bien écrit, Chateaubriand joue avec la langue, on s'envole dessus, c'est magnifique... mais bien qu'il soit merveilleux de bien écrire, si l'on n'a rien à dire...
Il me semble que René est la nouvelle la plus connue, et c'est celle qui se rapproche le plus du genre autobiographique que Chateaubriand reprendra pour ses Mémoires. Ce que je trouve malheureux, c'est que Le dernier Abencérage et surtout Atala n'ont pas tant de longueurs, ce sont d'ailleurs de belles histoires que j'ai pris plaisir à lire. Mais René, quel ennui! Quand je vous disais tout à l'heure "c'est beau mais c'est chiant", c'est René qui me l'extirpe. C'est cette nouvelle de seulement 40 pages qui m'a semblée trois fois plus longue que les deux autres.
Je vais tenter de ne me rappeler qu'Atala et Le dernier Abencérage, deux très belles histoires d'amour que j'ai finalement vraiment appréciées. De la à me plonger dans l'immédiat dans les Mémoires d'outre-tombe, euh, non, peut-être pas tout de suite.

Lu dans le cadre de mon défi "célébration d'auteurs" : écrivain du mois de septembre.

Meria a lu René et Zaph, René et Atala.

Commenter cet article

lectiole 05/10/2009 22:09


Je m'en souviens peu. Sauf de René, bizarrement, ce fou qui aime les arbres, sa soeur et la nature...Son Moi survolté dans la forêt, Ophélie plus qu'Hamlet, à la dérive !


kalistina 07/10/2009 22:18


C'est vrai qu'on dirait qu'il l'a écrite sous hallucinogènes, sa nouvelle...


Laetitia la liseuse 27/09/2009 09:44


Je n'ai jamais lu Chateaubriand et ne pensais jamais le lire. Mais là, le résumé suivi de tes impressions me confirme le contraire. Je m'en vais le dénicher dès que possible. Un grand merci. Je
l'ajoute à mon panier Am...n pour ne pas oublier ^^


kalistina 27/09/2009 11:51


Ah, ben j'espère que tu aimeras alors! J'ai acheté l'édition dont je montre la couverture dans le billet, et j'ai aimé la 1e et la 3e nouvelle ; celle du milieu m'a barbée. Hâte de voir si tes
impressions seront les mêmes ou non!


Lilly 25/09/2009 16:27


J'ai acheté ce livre en terminale, cinq ans plus tard il est toujours dans ma PAL, et je crois qu'il n'est pas près d'en sortir !


kalistina 26/09/2009 12:02


Tu le gardes pour le jour improbable où tu n'auras rien à lire? ;-)


praline 23/09/2009 02:12


Je suis assez fachée avec Chateaubriand aussi. En fait je crois que je préfère une dose des mémoires d'outre tombe à Atala ! ou Renée...


kalistina 23/09/2009 18:39


Déjà que c'est fleuri, si en plus tu l'émascules, ce pauvre René... :p


Theoma 21/09/2009 22:42

Voilà un billet qui sait susciter l'envie !

kalistina 22/09/2009 19:56


euuuuh...