Leçons particulières de Françoise Giroud

Publié le par kalistina


Le propos de Françoise Giroud est de payer ses dettes. A l'âge où l'on se dit : « Qu'ai-je fait de ma vie? », on s'aperçoit que ce sont les Autres qui vous ont formé et parfois déformé, qu'on leur doit qui l'on est, pour le meilleur et pour le pire, qu'une existence, ce sont des rencontres avant d'être des événements. Une série de « leçons particulières » que l'on reçoit malgré soi.
« Qui m'a donné quoi? » Ainsi Françoise Giroud s'est-elle interrogée. « Qui m'a fourni des modèles et des contre-modèles, des enseignements et des contre-enseignements, qui m'a laissé son empreinte et quelquefois sa cicatrice; que m'a-t-on, donné, que m'a-t-on transmis que j'aimerais transmettre à mon tour selon -la loi de la vie? »
Paradoxalement, ce livre tourné vers autrui, écrit à mi-voix est aussi le plus personnel des récits de Françoise Giroud, comme si elle s'autorisait, cette fois, l'émotion, le regret, la blessure.


Françoise Giroud parle ici des autres, de ses rencontres qui ont influencé le cours de sa vie, sa pensée et sa vision des choses. Ce qui fait qu'elle parle beaucoup d'elle-même... mais jamais de façon nombriliste : un épisode de sa vie est toujours lié à une autre personne qui l'a marquée à ce moment-là. On ne peut parler d'autobiographie, puisque nous n'avons que des bribes... mais ce sont des sortes de mémoires.
Et c'est passionnant! La vie de Françoise Giroud est riche en rebondissements et en rencontres. On dirait qu'elle a connu tout ce qui a fait le siècle! Jean Renoir, Louis Jouvet, André Gide et tant d'autres... Les découvrir ainsi dans leur intimité m'a vraiment passionnée.
Je n'ai pas forcément partagé toutes les vues de Françoise Giroud, ni compris toutes ses réactions (notamment lorsqu'elle évoque son fils aîné), mais j'ai découvert (ben voui, je suis jeune :p) une femme brillante et un "esprit libre", comme le dit la 4e de couverture.

Commenter cet article

dia-5-mzl.over-blog.com 27/12/2010 16:11



Françoise Giroud est boudée par les intellectuels; à l'excpetion de son ami Bernard Henri Lévy. Beaucoup n'y voient dans ses écritures que des " livres de gare "C'est sur que ça n'est pas ce
qu'on nomme de la grande litétrature, mais elle a le sens de la formule , de la réplique . Elle reste exceptionnelle dans le sens où elle  a obtenu un bon résultat grâce à sa volonté et à
son travail . Toujours curieuse, elle aura jusqu'au bout alimenté sa soif de connaitre, et pour tout cela, elle reste exemplaire. 



kalistina 27/12/2010 21:36



En tant que bloggeuse, je n'ai évidemment que faire des guerres entre intellectuels et m'intéresse à tous les auteurs, quelle que soit leur réputation. Je pense que la plupart des autres
bloggeurs partagent ma vision des choses. En outre, je ne suis pas d'une génération qui connaît Françoise Giroud, je ne sais donc d'elle que ce que j'ai pu lire, et effectivement je la trouve
admirable.