Le Lièvre de Vatanen d'Arto Paasilinna

Publié le par kalistina


Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu'il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s'enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s'enfonce délibérément dans la nature.
Ce roman-culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lièvre fétiche en guise de sésame. Il invente un genre : le roman d'humour écologique.

L'histoire de ce type qui plaque tout pour partir à l'aventure avec son lièvre est complètement loufoque. Le style aussi est déroutant. J'ai lu ce livre en janvier mais je ne sais toujours pas si ça m'a plu ou non, c'était "différent" de ce que j'ai pu lire par ailleurs.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
'différent' c'est le mot. Je viens de terminer Le fils du dieu de l'Orage et c'est effectivement spécial, inattendu, drole... J'ai beaucoup aimé.
Répondre
L
Je l'ai lu et j'ai eu un peu la même impression : le style est assez déroutant parce que, peut-être, les descriptions sont moins importantes ou simplement différentes dans les livres des auteurs qui ne sont pas du Froid (Dans un premier temps, les nouvelles de Jorn Riel m'ont fait un aussi drôle d'effet).
Histoire de me faire une idée plus sûre, j'ai enchaîné avec "la douce empoisonneuse" qui raconte l'histoire d'une charmante vieille dame meurtrière à ses heures. Là, j'ai été convaincue qu'Arto Paasilinna avait un vrai talent parce que son écriture est légère et parce que ses personnages hors du commun sont pourtant délicieusement humains.
Répondre
M
J'ai eu l'occasion de lire deux fois ce livre (cela m'arrive rarement), et c'est grâce à ça que j'ai découvert l'humour particulier de cet auteur.
Certains passages prennent une autre "saveur" à la seconde lecture.Entre autres vers la fin, lorsque Vatanen poursuit l'ours.
Un conseil : relis-le ! ;-)
 
Répondre