Le quatrième soupirail de Marie-Sabine Roger

Publié le par kalistina


Un matin, le père de Pablo est enlevé, sous ses yeux, par des soldats. Son seul crime : éditer de la poésie révolutionnaire. Mais dans ce pays écrasé par une dictature, il n'y a plus de place pour la liberté d'opinion. Pour Pablo, la révélation est brutale. Il prend enfin conscience de ce qui se passe autour de lui. Avec l'aide d'un réseau de résistants, il va tenter de retrouver son père, détenu et torturé dans la sinistre prison de San Marcos. Il verra les bourreaux à l'œuvre, et comprendra alors toute l'importance des textes que son père imprimait, jour après jour, pour lutter contre l'oppression.

Un beau jour, les militaires débarquent inopinément chez Liberto et l'arrêtent, sous les yeux de son fils Pablo, qui a eu le temps de se cacher. Le père avait prévenu l'adolescent que la menace pesait sur lui, en raison de ses idées, de ses convictions ; ses amis des "soirées poésie" ont déjà tous arrêtés.
Pablo est rempli de haine envers les soldats tout comme envers lui-même, lui qui est libre... Il revient dans la maison à demi-calcinée par les soldats et trouve les poèmes que son père imprimait, poèmes dont il se désintéressait totalement jusque-là. Il décide alors de se battre pour sauver son père de la prison et de la torture. Chaque nuit, il prend des risques insensés pour aller lire des bribes de poème à son père, à travers le soupirail de la cellule. C'est la poésie qui aide Liberto à se maintenir en vie, la poésie comme seule bouée, come dernier attachement au goût de liberté.
Le quatrième soupirail est un tout petit roman, mais il ne faut pas s'y fier : il est dense, il vous attrape et vous émeut. Face à l'injustice dont son père et tant d'autres sont victimes, Pablo va grandir très vite. Il va lui falloir ruser, mettre sa vie en danger... Il découvre la haine, l'incompréhension, la souffrance, mais aussi le courage et le poids des idéaux. Marie-Sabine Roger décrit très bien la stupeur du jeune homme lorsqu'il prend conscience du pouvoir des mots et de la peur qu'ils peuvent provoquer, des réactions extrêmes qu'ils peuvent susciter : "pour des mots, pour des poèmes, on pouvait arrêter un père? On pouvait débouler à grand flots de poussière, dans des jeeps débordant de haine et de fusils? On pouvait incendier, détruire, et repartir? Pour des mots, on pouvait mourir?".
C'est donc un roman d'apprentissage, et un hommage aux idées et à la poésie qui sait si bien leur donner leur valeur. Il est publié dans une collection pour lycéens, mais son style et la façon dont il traite de ce thème (la censure, la vie dans un pays géré par la junte) n'ont rien d'enfantins. C'est à mettre entre les mains des ados comme des adultes.

Commenter cet article

Ciara 28/05/2012 10:56


Bonjour,


je voudrais savoir quand se passe cette histoire ? Merci de votre réponse

kalistina 29/05/2012 23:11



Il n'y a volontairement pas de précisions historiques ou géographiques de façon à ce qu'on comprenne bien que ça peut arriver un peu n'importe où n'importe quand. Le flou pour une portée
universelle!



Stephie 15/03/2009 22:54

Je l'ai lu l'année où il était au prix des Incorruptibles, j'avais beaucoup aimé ce très beau petit roman.

kalistina 15/03/2009 23:51


Je l'ai beaucoup aimé en le lisant, mais l'ai encore plus apprécié lorsque j'ai pu -avec d'autres bien sûr- en parler avec l'auteur. Elle est captivante!


chiffonnette 15/03/2009 12:23

Un roman que j'avais adoré, d'une grande force et d'une grande portée!

kalistina 15/03/2009 16:29


Oui, c'est sans fioritures, c'est percutant!


Alain 14/03/2009 18:00

Coucou Kali !
Tout d’abord merci pour ton gentil mot. Je suis absent en effet d’OB depuis quelque temps pour cause (principale) d’un projet dans le Nord qui me prend  beaucoup de temps. Mais je reviendrai dès que la situation se sera calmée un peu ;) surtout que j’ai plein de sujets en tête ;)
Bonne continuation (travail, blog ...) et à bientôt donc et une petite fleur de saison pour patienter." />

kalistina 14/03/2009 23:36


Je n'ai jamais compris ou su en quoi consistait ton travail, mais ça a l'air prenant! J'espère que tu te ménages quand même un peu de temps pour toi. Merci pour la photo et pour les nouvelles, je
suis ravie d'en avoir de ta part!


Naïk 12/03/2009 20:17

Ce roman me plaira sûrement, je le note. Merci Kali !

kalistina 12/03/2009 23:06


J'espère qu'il te plaira!