Les anneaux de Saturne de W.G. Sebald

Publié le par kalistina


" Ce soir-là, à Southwold, comme j'étais assis à ma place surplombant l'océan allemand, j'eus soudain l'impression de sentir très nettement la lente immersion du monde basculant dans les ténèbres. En Amérique, nous dit Thomas Browne dans son traité sur l'enfouissement des urnes, les chasseurs se lèvent à l'heure où les Persans s'enfoncent dans le plus profond sommeil. L'ombre de la nuit se déplace telle une traîne halée par-dessus terre, et comme presque tout, après le coucher du soleil, s'étend cercle après cercle - ainsi poursuit-il - on pourrait, en suivant toujours le soleil couchant, voir continuellement la sphère habitée par nous pleine de corps allongés, comme coupés et moissonnés par la faux de Saturne - un cimetière interminablement long pour une humanité atteinte du haut mal. "
 Voici, par l'auteur des Émigrants, un livre inclassable, à la fois journal de voyage et fiction, autobiographie et encyclopédie. W.G. Sebald explore ici l'univers que l'homme a pensé et construit depuis la nuit des temps pour s'attacher aujourd'hui à le détruire.


Moi qui rêvais de découvrir Sebald.... comme j'ai été déçue!
Comme le précise cette 4e de couverture, Les anneaux de Saturne est un livre inclassable. Ca part dans tous les sens, ça n'a ni queue ni tête, les sujets se suivent sans se ressembler, les lignes s'enchaînent sans paragraphe reposant l'esprit...
Je n'ai pas réussi à me repérer dans une quelconque histoire, dans un quelconque récit, et n'ai donc pas pris goût à ma lecture. Je n'ai rien compris!! Voilà tout à fait le genre d'écrit qui me laisse froide... Son sort est facile à deviner : abandonné au bout d'une cinquantaine de pages. Si quelqu'un l'ayant lu peut m'expliquer??
J'avais très envie de lire la saga des Emigrants, mais si l'écriture est du même acabit imbuvable...

Commenter cet article

marine 26/01/2009 18:14

^^ je comprend, j'aurais fait pareil, mais c'est un livre que je dois lire, je voulais arrèter au bout de 20 pages puis finallement...je veux savoir! En tout cas ton blog est extra!

kalistina 28/01/2009 15:47


Merci Marine, c'est gentil!!


Marine 25/01/2009 15:07

Bonjour,Je suis actuellement étudiante en lettre moderne, c'est un livre que j'étudie en littérature comparée. Il est vrai qu'il est difficile à saisir c'est pourquoi la prof nous à conseillè de nous laisser porter par l'histoire sans chercher à comprendre.J'en suis actuellement au début (page 1OO) et il est vrai que c'est un livre dérangeant mais c'est l'effet recherchè tout comme celui de perdition, incompréhension que l'on resent à la lecture de se livre.Pour le moment je dois dire que j'aime bien, on traverse l'histoire, le temps, on rencontre des personnages décalès. Mais je crois avoir perçue un fil conducteur dans le livre par l'intermédiaire de Thomas Browne, le fameux médecin. Il revient de temps à autre, pourquoi? je ne le sais pas encore si ce n'est que tout commence avec son histoire.Ensuite, je crois que l'auteur insiste beaucoup sur le caractère négatif, destructeur de l'homme à travers justement des allusions aux harengs ou autre caractère dérangeant.Enfin, c'est une écriture faite par un scientifique, le narrateur est très intelligent et nous raconte sa promenade, ses souvenirs.Je te conseille donc de te laissée porter par cette lecture sans chercher à comprendre le pourquoi du comment, la fin peut-être t'éclairera.

kalistina 25/01/2009 23:56


Je pense que c'est dans un cadre tel que celui que tu décris que la lecture de ce roman pourrait me plaire, c'est-à-dire avec une analyse et des explications à la clef. Là, comme ça, pour mon seul
plaisir de lecture, je passe mon chemin et me tourne vers ceux qui attendent, il y en a tant!


Mimienco 17/01/2009 14:03

Je ne connais pas du tout cet auteur et ton billet ne m'en donne pas l'envie! Moi aussi ce genre de lecture me laisse complétement froide!

kalistina 17/01/2009 21:58


Il est surtout connu pour sa saga des Emigrants qui a ravi des tas de lecteurs, donc peut-être a-t-il un style d'écriture qui varie d'un livre à l'autre...