Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald

Publié le par kalistina


Dans le Long Island des années vingt, la fête est bruyante et la boisson abondante. Surtout chez Jay Gatsby. Aventurier au passé obscur, artiste remarquable par sa capacité à se créer un personnage de toute pièce, Gatsby, figure solaire par son rayonnement, lunaire par le mystère qu'il génère, est réputé pour les soirées qu'il donne dans sa somptueuse propriété. L'opulence, de même que la superficialité des conversations et des relations humaines, semblent ne pas y avoir de limites. C'est pourquoi l'illusion ne peut être qu'éphémère.

Voilà un livre que je me promettais de lire depuis bien longtemps. Je ne connaissais rien à l'histoire et m'attendais à tout autre chose, à vrai dire!
Gatsby "le magnifique"... Il est démesurément riche, sa maison est un tourbillon de gens qui se bousculent pour avoir le privilège d'"en être", mais lui-même, il est désespérément seul. Personne ne vient pour lui, il ne connaît même pas ses invités... Et ne vit que pour le souvenir d'une femme qu'il aime éperdument.
L'histoire nous est narrée par Nick Carraway, le voisin de Gatsby, qui semble être la seule personne "normale" dans tout cela : il se dit lui-même très honnête et ne se reconnaît pas dans ce demi-monde qu'il côtoie. Il est sympathique, mais j'ai surtout eu de la compassion pour lui : je l'ai trouvé bien insignifiant!
Nick découvre d'abord la réputation de Gatsby avant de faire réellement sa connaissance, puis de faire enfin partie de ses intimes. Ce rapprochement du héros va de pair avec une lente descente aux enfers... Je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler.
Je dirai simplement quelques derniers mots sur mes impressions, en tâchant de ne pas dévoiler l'intrigue pour autant. J'ai trouvé Gatsby terriblement triste, tant le personnage que le roman ; j'en avais le coeur serré et ai refermé le livre bien déprimée. Du coup, je ne suis pas vraiment capable de dire si cette lecture m'a plue ; elle m'a intéressée, mais elle m'a fichu un coup au moral. Je suis mitigée! Ce livre m'a marquée mais il serait impropre de dire que je l'ai lu avec "plaisir". A lire de toutes façons, ne serait-ce que parce qu'il s'agit d'un incontournable de la littérature mondiale.

Commenter cet article

Stéphanie 01/03/2011 20:34



c'est vrai que c'est triste, mais magnifique :)



kalistina 04/03/2011 11:27



J'en garde un souvenir un peu confus maintenant... Faudrait que je lise son autre titre connu dont le titre m'échappe en ce moment.



Nanne 28/11/2008 19:51

C'est un des plus beaux romans de Scott Fitzgerald avec "Tendre est la nuit", Kali. Par contre, c'est un monde vraiment désenchanté qui raconte la vie de la "Génération perdue", dont Scott Fitzgerald était la figure de proue. Je crois même que Gatzby ressemble énormément à l'auteur.

kalistina 30/11/2008 12:34


Je ne connais pas du tout l'auteur... Me semble qu'il y avait eu un livre, ou un film, il y a quelques années, qui racontait sa vie et celle de sa femme, et qui avait beaucoup fait parler de lui.


Naïk 19/11/2008 13:18

Comme Flo, j'ai trouvé ce roman plus "désanchanté" que "triste", même si la nuance peut paraître subtile, car en refermant le livre, on garde un sentiment un peu indéfinissable (Et le film en donne effectivement une vision un peu adoucie.)J'étais très touchée par cette histoire et la narration de Fitzgerald qui nous donne le sentiment d'être proche des personnages, tout en leur conservant une part de mystère. Cette approche, ce style, cette distance mouvante m'ont vraiment intéressée.

kalistina 20/11/2008 23:18


Je trouve aussi que le talent réside dans le talent de toucher le lecteur tout en laissant planer le mystère...


Grominou 18/11/2008 00:19

J'avais encore mieux aimé Tendre est la nuit, du même auteur. Mais il y a si longtemps que je l'ai lu, je serais bien en peine de te dire de quoi ça parle!

kalistina 20/11/2008 23:16


Et comme je ne l'ai pas lu, on ne va pas avancer :p


Flo 16/11/2008 16:05

Je ne l'ai pas trouvé triste mais désenchanté comme l'univers de Fitzgerald en général. Je n'ai jamais pleuré à sa lecture mais un livre m'arrache difficilement des larmes. Simplement la solitude de Gatsby est bouleversante, c'est indéniable. L'adaptation est très smart avec Redford et Farrow, plus légère je trouve (le plaisir vient surtout des décors et des tenues surtout quand on aime les années folles ;).Merci pour tes avis sur le FSF et le Juliet :)

kalistina 20/11/2008 23:14


C'est vrai que j'aime beaucoup l'esthétique des années folles... Rien que pour ça, il faudrait que je voie le film :-)