Le diable au corps de Raymond Radiguet

Publié le par kalistina

Ah ! que la guerre est jolie quand on a quinze ans et que l'on aime ! Sur les bords de la Marne, tandis que tonne le canon, ils s'aiment, en effet, de passion coupable. Lui, un peu veule, à peine sorti de l'adolescence, nourri de Rimbaud, épris de liberté. Elle, déjà femme, risquant l'impossible du haut de ses 19 ans. Tous deux ivres de ce printemps assassin de 1917. Marthe vient juste de se marier ; Jacques, son époux, est au front. Le tromper au grand jour, c'est pousser trop loin l'inconscience, la trahison, le scandale...

Le héros et narrateur du "diable au corps" est un adolescent à l'éducation très libre, surtout pour l'époque. Il rencontre Marthe, de 3 ans son aînée, avec laquelle il va faire son apprentissage amoureux. Il analyse ses réactions avec détachement, comme s'il n'était pas concerné par ses propres actes ; cela ne l'empêche pourtant pas d'être parfois d'une confondante mauvaise foi (j'évoque ici son point de vue tout personnel de l'adultère...). Est-ce l'effet de la passion? De la jeunesse? De l'égocentrisme?

Quant à Marthe, elle est parfois agaçante de naïveté et de soumission. Elle a beau être considérée comme la pécheresse de l'histoire, c'est une vraie oie blanche, ne voyant pas les sarcasmes des autres ni la façon dont le héros la manipule.

Il me semble que le scandale réside bien sûr dans le déroulement de l'histoire (le soldat n'est pas ici le héros sacralisé par la nation, mais le bon couillon à qui les cornes n'en finissent pas de pousser), mais aussi dans l'immoralité (ou amoralité?) du héros.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Naïk 29/09/2008 20:52

Bonjour Kalistina, J'ai lu ce roman vers 17 ou 18 ans, un âge où il trouve un écho particulier, je pense. Ayant beaucoup aimé, j'avais enchainé avec "Le bal du comte d'Orgel". Le style de Radiguet et cette belle description des sentiments et des caractères m'avaient également touchée. Il faudrait que je les relise, mais l'aspect scandaleux du personnage de Marthe, est peut-être lié à l'attitude plus "libre" de cette femme qui se laisse guider par sa passion, à une époque où l'image de la femme évolue.... à relire, c'est certain!

kalistina 05/10/2008 01:54


C'est vrai que je l'aurais probablement perçu d'une façon différente si je l'avais lu plus tôt... Je crois qu'il y a des moments plus propices que d'autres à la rencontre entre un livre et son
lecteur.


Guizmo 27/09/2008 11:45

Je comprend mieux sur ce que tu veux dire, c'est ça la magie de ce livre il y a plein de lecture possible en fonction du point de vue.

kalistina 28/09/2008 18:10


On est d'accord, cette liberté d'interprétation est un des points qui font que j'adore la lecture!


BlueGrey 23/09/2008 16:13

Si mes souvenirs sont bons, ce qui contribua au scandale au moment de la parution du livre c'est qu'on le crut autobiographique, bien que Radiguet le nia...

kalistina 25/09/2008 23:57


Je ne connais pas grand'chose de sa courte vie... je suppose que certains s'y sont penchés et ont voulu démêler le vrai du faux?


Lou 22/09/2008 16:33

J'ai adoré "le bal du comte d'orgel", mais je l'ai lu au collège ou lycée (pas en cours, mais je veux dire : il y a longtemps :))... je ne m'en souviens pas beaucoup :( Tu as raison, il faudrait que je relise cet auteur !

kalistina 25/09/2008 23:53


d'autant que "le diable au corps" est autrement plus réputé ; ayant lu l'autre, tu pourras nous dire ce que tu en penses, en comparant...


Guizmo 19/09/2008 17:53

Je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur le fait que Marthe soit naïve. C'est une jeune femme qui a besoin de se sentir aimer. L'homme qu'elle doit épouser est parti à la guerre il est du coup sorti provisoirement ou définitivement de sa vie ( les poilus n'ont jamais eu la certitude d'en revenir). Elle rencontre ce jeune homme voir ce très jeune homme qui lui est présent puisqu'il est trop jeune pour partir à la guerre. C'est pour cette raison que le livre est scandaleux pour l'époque . C'est une vrai histoire d'amour a ceci près est que le mari est parti pour le front.

kalistina 21/09/2008 12:43


Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, quand tu expliques pourquoi Marthe est séduite par le héros etc. Bien sûr que cette liaison est scandaleuse, bien sûr qu'elle a besoin de se sentir aimée ;
mais je la trouve naïve par ses réactions, par sa façon d'être soumise à son amant et par sa façon de tant se plonger dans son nouvel amour qu'elle en oublie les conséquences pour sa vie sociale,
sa réputation, celle de son mari etc. Elle n'est plus qu'une amoureuse éperdue, qui se laisse subjuguer par son amant sans plus penser par elle-même. J'espère que ma pensée ainsi explicitée est
plus claire, et je reconnais que l'adjectif naïf n'est peut-être pas le plus heureux ici.