Une odeur d’herbe folle de Michel Jeury

Publié le par kalistina

odeur-d-herbe-folle.jpg

«- Qu'est-ce qu'elle court partout, ta mère ?
L'idée lui était certainement venue que cette jeune veuve juste remariée (...) pouvait être piquante à espionner.
Je balançai la tête et claquai la langue. Tout rouge.
- Elle est comme ça. Elle a toujours des secrets.»

Quand il quitte Périgueux, fin 1946, Vincent a tout juste treize ans. Sa mère, Emilie, va épouser le régisseur du château, Pierre Jeancel, et entrer ainsi dans le monde des bourgeois.
Dans la France profonde d'après-guerre, Vincent découvre les grandes réceptions des de Razac et le travail laborieux du petit personnel. Et partout les ragots vont bon train.
Que va faire sa mère à la «maison des Anglais» ? Et que trafique Jeancel avec la belle Jeannette ?
Bien des mystères à élucider pour ce jeune homme...    

 

Je ne connaissais pas du tout Michel Jeury avant d’ouvrir ce livre. Par curiosité, j’ai voulu découvrir un peu l’auteur avant le roman et j’ai été surprise : cet écrivain « de terroir » s’est auparavant illustré dans la science-fiction des années 60 à la fin des années 80. Ca m’a semblé être un parcours bien atypique qui m’a rendu le personnage sympathique :-) 

« Une odeur d’herbe folle » se déroule dans une région que je ne connais absolument pas, le Périgord (j’avoue, j’ai même ouvert l’encyclopédie pour savoir précisément où c’était… *honte* ), dans les années d’après guerre. 

Ces deux éléments font le cadre de l’histoire et expliquent la mentalité des personnages. 1946, c’est tout près de nous, et pourtant, quand on lit ce roman… ! J’ai été frappée par la conception féodale de la société que tous semblent partager. 

Il y a d’un côté les « de », qui ne savent pas se laver une cuillère tous seuls et qui estiment que leur fille fait une mésalliance en épousant un bourgeois plein de gros billets et de médailles militaires mais sans particule. Il y a aussi leur second fils qui, justement parce qu’il est le benjamin, s’imagine qu’il n’a pas d’autre choix que de devenir évêque (puisque le premier est entré dans l’armée, comme de juste). 

De l’autre côté, il y a les « petites gens », qui sont submergés de gratitude à l’idée de pouvoir dévouer leur vie aux seigneurs du coin, ou qui au contraire voudraient bien profiter de la fin de la guerre et des réformes pour avoir enfin un semblant d’autonomie (mais qui, du coup, perdent tout honneur aux yeux des autres petites gens restés loyaux…). 

Il y a aussi ce vocabulaire, comment une jeune femme de même pas trente ans peut-elle appeler un adolescent « beau drôle » en 1946 ? On se croirait dans les chansons populaires genre l’apprenti pastouriau (« troupiaaaauuux, troupiaaauuuux, je n’en avais guèèèreuuh… »). Bon, j’exagère mais je vous jure que la Jeannette, je la voyais toujours avec sa faucille ! 

Outre ce côté pittoresque, il y a aussi le parcours initiatique du jeune Vincent, son adaptation à son nouveau cadre de vie, sa relation avec celui qu’il pense être son père… 

Les traits m’ont semblé parfois un peu trop forcés mais c’est finalement un roman de terroir que j’ai eu plaisir à lire. 

Si quelqu’un a lu le Michel Jeury auteur de SF, je serais curieuse d’avoir son avis !

Commenter cet article

katell BOUALI 26/07/2007 15:43

cela ne m'a pas l'air mal du tout! je le note dans un petit coin de mon calepin.

kalistina 27/07/2007 21:44

Super! Ca me ferait plaisir de lire d'autres avis!

yueyin 26/07/2007 00:18

Je suis allée vérifier sa biblio SF (j'en ai lu tellement) mais les titres ne me disent rien... en tout cas un auteurs éclectique et ... prolifique !

kalistina 26/07/2007 02:22

Oui, prolifique, j'ai vu la liste impressionnante de ses écrits sur Wikipedia! Je me fais peut-être de fausses idées, mais j'ai l'impression que c'est le cas de beaucoup d'écrivains SF.

ekwerkwe 24/07/2007 18:38

Je connaissais, de réputation, Jeury auteur de SF - j'ai d'ailleurs prévu de le lire, un jour... J'ai été assez surprise moi aussi de découvrir un Jeury auteur de romans qui fleurent bon la terre fraîchement retournée. ^^

kalistina 25/07/2007 01:37

Mince alors, je me disais que tu serais celle qui l'aurait lu! M'enfin, bon, comme tu le dis, tu seras celle-ci dans quelques temps ;-)