L’immoraliste d’André Gide

Publié le par kalistina

immoraliste.gif

Michel, historien, épouse Marceline, après la mort de son père, pour satisfaire à sa dernière volonté. Lors d'un voyage qui conduit le jeune couple en Tunisie, Michel commence à souffrir de tuberculose, et une crise particulièrement violente le laisse entre la vie et la mort.

A partir de ce moment là, Michel, qui avait négligé son corps en faveur de l'étude, va entamer une métamorphose progressive, qui commencera par une négation de l'esprit au profit du corps, de ce corps qu'il se force à nourrir et à exercer pour le sortir de la maladie, métamorphose qui se poursuivra par une remise en question de tout ce qui lui a été inculqué dans sa jeunesse: l'austérité protestante de sa mère, le goût pour un passé qu'il trouve à présent figé et sans intérêt, et plus généralement, la morale et la culture, une culture qui pour lui étouffe l'instinct primitif de vie.

Car c'est la vie que Michel veut voir triompher, cette vie qu'il manque de perdre, et peu à peu sa transformation fait de lui un immoraliste, un homme qui ne vit que pour satisfaire ses pulsions immédiates, au détriment du reste, et surtout de sa femme Marceline qui en paiera de l'ultime prix. Tel un vampire, Michel semble se repaître de la jeunesse et de la santé de ses proches, tandis que la maladie, la vieillesse et la laideur lui répugnent.


Il faut, paraît-il, savoir capter le second niveau de lecture de ce livre et voir les questions philosophiques au-delà de la simple histoire. Je n’ai pas voulu ou pas su le faire.

Il y a du Nietzsche là-dedans, du questionnement sur le dépassement de soi, etc. Il y a aussi des éléments autobiographiques plus ou moins cachés.

Tout ce que j’y ai vu, moi, c’est une écriture vraiment très belle, mais une histoire barbante comme les pierres. Ca ne m’a pas intéressée, Michel me tapait sur le système avec sa faiblardise (je sais, ça n’existe pas) et son égocentrisme. Du coup, au bout de 80 pages, j'ai fini par abandonner.

Je suis déçue, je pensais vraiment que j’allais aimer… Mais bon, il faut bien que je vous fasse quelques critiques négatives de temps en temps, non ? Je suis sûre que vous serez tous soulagés de pouvoir vous dire « chouette, un de moins à ajouter à la LAL ! » !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antoine 26/05/2015 08:32

Bonjour,
En ligne sur mon blog, une fiche de lecture portant sur L'immoraliste d'André Gide : http://100fichesdelecture.blogspot.fr/2015/05/andre-gide-limmoraliste-1902.html

mari 09/02/2008 07:43

L’immoraliste est  un roman tres formidable qui montre  la conflit interieure des hommes entre les instincts humaines et le morale. je pense qu'a la fin on ne peut pas condamner le heros

kalistina 10/02/2008 17:49

Pour le savoir, encore faudrait-il que je l'aie lu jusqu'à la fin... Mais ça fait toujours plaisir de voir que Gide plaît :o)

sarah rym 05/01/2008 13:07

bonjour ,je viens de finir la lecture du roman et je doit fair une fiche de lecture  ,le prof nous a demander l'interet du texte,ce qu'il nous a apris c'il traite d'une epoque.et aussi notre jugement personnel .je suis bloqué vue que j'ai pas aimé ce roman ,svp j'aimerais avoir votre avis.et aussi le courant litteraire d'andre gide.merci

kalistina 06/01/2008 15:28

Tu dis que tu ne l'as pas aimé et que ça te bloque : l'un et l'autre ne devraient pas être liés. Ton professeur te demande ton jugement personnel, tu as tout à fait le droit de dire que tu n'as pas aimé, à condition d'expliquer pourquoi. Il faut toujours argumenter! Pour le reste, je te souhaite simplement bon courage, car il n'est pas question que je fasse ton travail à ta place. Tes cours, une bonne encyclopédie et un peu de travail devraient suffire :-)

jam 02/01/2008 19:23

Il manque une chose à votre critique : l'écriture de Gide. Il trouve dans ce livre un style classique formidable. Tout le problème de Gide, aujourd'hui, c'est d'avoir abordé des thémes importants pour son époque (et taboue), qui aujourd'hui sont dépassés. Reste donc l'écriture.Pour ma part, je n'ai pas aimé la Symphonie pastorale, alors que l'Immoraliste m'a paru fort. Ce que vos commentateurs oublient à mon avis, c'est qu'ils ont tort de vouloir s'identifier à Michel, le protagoniste, qui n'est pas le double de Gide (même si celui-ci a mis de lui dans ce personnage).Je reviendrai voir votre site. Amicalement,jam

kalistina 02/01/2008 20:18

Effectivement, je n'ai pas développé mon avis sur son style. Je l'apprécie toujours énormément, cela dit le fond m'a trop déplu pour que j'aie l'envie de poursuivre ma lecture au seul profit d'une écriture, aussi talentueuse soit-elle. A bientôt alors :o)

une inconnue de passage 06/12/2007 16:06

j'ai du également lire andré gide mais moi pour mon lycé !!j'ai trouvé ce livre barbant et comme vous je n'ai pas pu aller au dela de 80 pagesor gros soucis je dois faire un exposé sur michel et ses aspect en incluantla philosophie du personneage pour une semiane si quelqu'un eput m'aider j'attend son aide avec impatiencemerci par avance!