La parole volée de Michel Bühler

Publié le par kalistina

parole-volee.jpg

Les saisons montent et descendent comme un lent mouvement de marée. Les montagnes se rapprochent et s’éloignent selon les brumes, tantôt barrières qui claquemurent, tantôt promesses d’espace. Des hommes passent de l’usine au café, de la bourrasque de neige à la cuisine, incapables, par timidité, de s’exprimer sur leur travail, ni sur l’angoisse de le perdre. La moindre discussion briserait un équilibre morne et délicat.

La vie quotidienne de Sainte-Croix, son langage, son cadre naturel, sa manière de penser, ses mythes, ses surnoms, ses lieux, l’articulation entre les autochtones, les frontaliers et les immigrés, ne sont pas décrits mais éprouvés, intériorisés, invoqués avec une sourde magie, si bien que peu de localités de notre pays et aucune communauté ouvrière si précisément désignée n’ont jamais été peintes avec cette vérité par un écrivain romand. À cet égard, La Parole volée fait date dans notre histoire littéraire, comble un manque, inscrit Bühler dans la plus haute tradition du roman social.

 
Je trouve cette 4e de couverture assez bien faite… L’auteur parvient en effet à nous immerger dans l’atmosphère particulière de Sainte-Croix : un milieu à la fois ouvrier et montagnard.

C’est la vie simple, l’angoisse du licenciement économique mais aussi celle d’une éventuelle expression de mécontentement à l’égard des patrons intouchables. La peur la plus forte est en fait celle du changement.

Il y a une sort de lassitude ambiante, un côté désabusé qui rend léthargique et rend d’autant plus vif le combat de Jean-Paul, le héros, pour que les ouvriers de Sainte-Croix ne soient pas traités comme du bétail et aient au moins droit à l’information.

Parallèlement au roman social, il y a aussi le roman psychologique. Comment Jean-Paul peut-il vivre sa rupture d’avec Marie, rupture d’autant plus difficile qu’il ne l’a pas comprise ? Peut-il trouver du réconfort ailleurs que dans l’alcool et la solitude ?

C’est un roman simple mais puissant, on est vraiment plongé dans la vie du village et dans la mentalité de ceux qui y vivent.

Le site officiel de Sainte-Croix : http://www.sainte-croix.ch/.

Commenter cet article

katell BOUALI 18/06/2007 23:22

Je viens de te tagger (oups je vois que c'est déjà fait): c'est toi le chat !

kalistina 20/06/2007 02:51

Humph merci d'avoir pensé à moi, mais je crois que les sept révélations que j'ai faites sont trop récentes pour que je puisse déjà me reprêter au jeu! :p

Michel 18/06/2007 20:54

De 75 à 85, je trouvais ses disques à Paris !J'en ai même quelques uns en CD.Nostalgie...

kalistina 18/06/2007 22:38

Il a écrit ce livre en pleine gloire, alors! *en 1984 je crois*

Anne 18/06/2007 16:12

Je le note aussi. J'aime beaucoup la couverture.

kalistina 18/06/2007 22:38

Moi aussi :-)

nathalie 18/06/2007 07:20

Je note le titre ... Ca doit être bien à lire ... Un chanteur qui écrit un livre, je ne savais pas ! Merci Kali pour l'info. Il faut que j'écoute une de ces chansons, alors ... Merci pour ton passage sur mon blog, à bientôt !

kalistina 18/06/2007 22:36

Je suppose qu'il doit être bon parolier, parce que je trouve qu'il a un vrai talent d'écrivain!

Michel 17/06/2007 21:38

L'auteur estil également un chanteur ?Chanteur très engagé à goche ! avec de douces mélodies.

kalistina 17/06/2007 23:41

Oui oui c'est bien le même! Je ne connais aucune de ses chansons, toutefois. Je n'ai pas l'impression qu'il ait vraiment dépassé les frontières helvètes, non?