Lira bien qui lira le dernier d’Hubert Nyssen

Publié le par kalistina

lira-bien.jpg

La fin du livre ? On l'annonce pour demain depuis le berceau des incunables.
S'adressant à une lectrice (imaginaire) qui s'inquiète de l'avenir de la lecture, Hubert Nyssen, fort de sa double expérience d'écrivain et d'éditeur, passe au tamis, avec humeur et humour, les craintes, les espérances, les prévisions et les prophéties qu'inspire le spectre continuellement brandi de la crise du livre.


Dans ce court mais très intéressant essai, Hubert Nyssen s’intéresse au livre, à la lecture et à leur présent.

Je dis leur présent, parce que même si c’est à partir d’une préoccupation pour l’avenir que commence ce livre, Nyssen parle avant tout de ses expériences et points de vue. C’est difficile d’enfermer tout ça dans une tranche de temps !

Bon, disons que ce sont essentiellement des considérations sur la lecture, voilà. Car le livre est peut-être en crise (ça reste à voir), mais après tout, qu’importe ? On lisait avant, on lira après…

Nyssen exprime son point de vue sur une multitude de petits thèmes, toujours avec beaucoup d’esprit et une très belle plume. Il sait aussi flatter les lectrices, cet homme-là !

Il nous parle aussi de certaines rencontres dans sa vie de lecteur et d’éditeur, et il en parle si bien que j’ai maintenant envie de lire Goran Tunström et Nina Berberova.

Un petit extrait, pour savoir quoi rétorquer à ceux qui vous demandent « mais comment tu faaaaaiiiiis pour lire autaaaant ? » :
« De toute manière, le temps, et en particulier, le temps de lire, dites-vous bien qu’on ne le trouve pas, on ne le trouve jamais qui, tout à coup disponible, vous attendrait. Le temps, ça se prend ou ça se perd. Si vous voulez en disposer, vous ne pouvez que l’attraper, le choper, le ravir. C’est un choix à faire dans les priorités que vous donnez. Oui, voilà bien une autre des conditions dont l’avenir de la lecture dépend : l’attitude à l’endroit du temps ».

Publié dans essais - documents

Commenter cet article

Alain 06/05/2007 21:26

Oups OB fait des siennes.... il doit connaître ses Evangiles "le dernier sera le premier!!" donc il faut commencer la citation par la dernière ligne, non non je n'avais pas bu ;)

kalistina 06/05/2007 21:36

Merci pour la précision ;-)Je la trouve très bien, cette citation! Ce sont toutes ces choses inutiles à notre survie primaire qui sont en fait vitales pour le développement de notre esprit!

Alain 06/05/2007 21:22


Eh oui, il paraît que nous lisons de moins en moins, et comme je confonds lecture et étude ;), je mets cet extrait de Shakespeare dans "Peines d'amour perdues"
 
- Mais, pour savoir ce qu’on ne saurait autrement
-Ce dont le sens commun n’aurait pas connaissance ?

- Oui, l’étude a cette divine récompense »

Bonne semaine Kalistina

« - Pourquoi étudie-t-on ? Voulez-vous me le dire ?

cathulu 06/05/2007 18:38

Depuis  le temps  que j'entends parler de cet auteur/éditeur ou que je le  vois à la télé ou l'entends à la radio...ton billet sera l'élément déclencheur : je note !

kalistina 06/05/2007 18:49

Je crois que Cuné est une grande fan, si jamais tu veux noter d'autres titres de lui ;-)

nathalie 06/05/2007 16:33

Je note ce titre de livre ... Merci !!! A bientôt ...

kalistina 06/05/2007 17:47

Bon dimanche Nath ;-)

Flo 05/05/2007 22:48

Il dort dans ma PAL... Je l'avais commencé dès son achat mais je n'ai pas accroché au style de Nyssen donc je l'ai mis de côté. A reprendre...